Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 09:19
Repost 0
Salvatore Comisi - dans Epitres
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 16:04

En ce qui concerne la question de l’authenticité paulinienne de l’Épître aux Colossiens, nous renvoyons le lecteur au commentaire de Daniel FURTER, Les Épîtres de Paul aux Colossiens et à Philémon, Vaux-sur-Seine, Edifac, 1987, p. 20-30. Voir aussi l’ouvrage d’Alfred kuen,   Les Lettres de Paul, Saint-Légier, Emmaüs, 1989, p. 289-304.

Daniel FURTER, op.cit., p. 27 s., n’exclut pas l’hypothèse selon laquelle Timothée aurait été le corédacteur de l’Épître aux Colossiens.

Tychique devait également, au cours de cette même expédition, livrer l’épître destinée aux Éphésiens (cf. Ep 6:21). Quant à l’esclave Onésime, il devait, sur ordre de Paul, retourner auprès de Philémon, son maître, et lui remettre en mains propres le billet que l’apôtre avait écrit pour ce dernier (cf. Phm 1.12, 21). Voir Daniel FURTER, op.cit., p. 37.

Le Méandre, appelé aujourd’hui le Menderes, est un fleuve de la Turquie d’Asie, qui rejoint la mer Egée. Il mesure 450 km de long.

La Phrygie était autrefois une province vaste et importante de l’Asie Mineure. À l’époque néo-testamentaire, le mot Phrygie n’était plus un nom de province, mais une appellation locale. Paul traversa la Phrygie lors des 2e et 3e voyages missionnaires. Voir, à ce sujet, Le Nouveau dictionnaire biblique, Saint -Légier, Emmaüs, 1992, p. 1026.

On appelait aussi cette route «La grande voie commerciale allant de l’Ouest à l’Est» (Nouveau dictionnaire biblique, op.cit., p. 270 [sous la rubrique Colosses]).

Daniel FURTER, op.cit., p. 16, explique les raisons de cette industrie florissante : «Sur le sol fertile de la région poussaient de bons pâturages. Les troupeaux de moutons fournissaient une toison de haute qualité, matière première d’une industrie lucrative : la fabrication de laines teintes. Les propriétés chimiques de l’eau permettaient de produire des teintures excellentes.».

Le Talmud se plaint que les Juifs se soient trop assimilés aux mœurs environnantes : «Les vins et les bains de la Phrygie ont séparé les dix tribus d’Israël» (cité par Alfred KUEN, Les Lettres de Paul, op.cit., p. 275). D’un autre côté, comme le signale Frédéric GODET, Introduction au Nouveau Testament : Les épîtres de Paul, Vol. 1, Neuchâtel, 1893, p. 492, cité par Alfred KUEN, ibid., «cette population nouvelle [la population juive], avec son caractère religieux si profondément marqué, n’avait pu manquer d’exercer une certaine influence sur l’esprit de ces contrées».

Daniel FURTER, op.cit., p. 17, confirme cependant que la ville a survécu, «puisqu’on trouve, dit-il, des monnaies à son nom au IIIe siècle». « Mais la population devait s’établir à quelques kilomètres au sud, dans la localité de Chonas, où se dressait une forteresse byzantine, et qui fut le siège d’un évêché. ».

Dans la mythologie grecque, Dionysos était le grand dieu de la Végétation et en particulier de la Vigne et du Vin. Il était le fils de Zeus et de Sémélé. On l’appelait aussi Bakkhos, nom que les Romains ont traduit par Bacchus. Le culte de Dionysos a contribué au développement de la tragédie et de l’art lyrique.

Commentary, 1950, p. 11, cité par Alfred KUEN, Les Lettres de Paul, op.cit., p. 275. La mythologie considérait Cybèle non seulement comme la déesse phrygienne de la Fertilité, mais aussi comme «la grande-mère des dieux» (G. FINDLAY, op.cit., p. 11, cité par Alfred KUEN, Les Lettres de Paul, op.cit., p. 275). Son culte, lié à celui d’Attis, s’était répandu (IIIe siècle av. J.-C.) dans le monde gréco-romain et comprenait des cérémonies initiatiques.

Daniel FURTER, op.cit., p. 16. Le Montanisme était un mouvement prophétique. Il a été fondé en Phrygie vers les années 170, par un chrétien du nom de Montanus, qui s’identifiait avec le Consolateur. L’influence et la popularité du Montanisme, cependant, n’ont été que de courte durée (environ une génération). Ce mouvement était une réaction violente non seulement contre le cléricalisme, mais aussi contre le gnosticisme et contre tout compromis avec la philosophie païenne. Plutôt extatiques, les Montanistes prétendaient recevoir directement de Dieu des révélations prophétiques. Ils se disaient spirituels par opposition aux psychiques de l’Église officielle. Ils étaient également de formidables ascètes et des rigoristes hors pair. Tertullien a été momentanément montaniste. Voir J.-M. NICOLE, Précis de l’histoire de l’Église, 6e édition, Nogent-sur-Marne, Institut Biblique de Nogent, 1996, p. 28. Voir aussi New Dictionary of Theology, édité par Sinclair B. FERGUSON, David F. WRIGHT et J. I. PACKER, Leicester, Inter Varsity Press, 1998, p. 444.

Daniel FURTER, op.cit., p. 18, s’émeut devant «la belle stratégie du Saint-Esprit» d’avoir établi Éphèse, «porte ouverte sur toute l’Anatolie occidentale», comme base missionnaire de l’apôtre.

Épaphras, Philémon et Archippe exerçaient un ministère.

Alfred KUEN, Les Lettres de Paul, op.cit., p. 276. Peter T. O’BRIEN, op.cit., p. xxviii, qui suit ici de près C.F.D. Moule, avance quatre arguments en faveur d’une composition majoritairement païenne de l’Église de Colosse : 1) Cela est suggéré par Col 1.12, 21, 27, «où il est question de ceux [les païens] qui étaient autrefois à l’extérieur et qui ont été conduit à l’intérieur [du peuple de Dieu]», 2) il y a très peu d’allusions à l’Ancien Testament, 3) les vices mentionnés en Col 3.5-7 sont des péchés typiquement païens, et 4) il n’y a pratiquement aucune information en ce qui concerne la réconciliation entre les Juifs et les païens dans la congrégation.

Repost 0
Salvatore Comisi - dans Epitres
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 15:49

L'Épître de Jude est un livre du N. T. Elle est envoyée par « Jude serviteur de Jésus-Christ et frère de Jacques » (Jude v 1), autrement dit Jude l'un des frères du Seigneur (fils de Marie et Joseph) cités en Marc 6:3 en parlant de Jésus. « 3 N'est-ce pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joses, de Jude et de Simon? et ses soeurs ne sont-elles pas ici parmi nous? ».

Auteur

Son auteur est parfois identifié à Jude Thaddée, l'apôtre, cependant il ne se présente pas comme un apôtre au verset 1:1 et évoque leur enseignement à la troisième personne au verset 17.

Résumé

C'est une lettre adressée à certains saints qui faiblissaient dans la foi. Ils étaient affaiblis par ceux d'entre eux qui professaient être chrétiens mais pratiquaient un culte païen immoral et prétendaient être exemptés de l'obéissance à la loi morale. Jude voulait sensibiliser les saints au danger spirituel dans lequel ils se trouvaient et les encourager à rester fidèles.

Parmi les passages notables, d'un caractère apocalyptique, il y a le verset 6, qui évoque la chute des anges, et les versets 14 et 15, qui citent 1 Hénoch 60:8 et 1:9 (qui est basé lui-même sur la bénédiction de Moïse dans le Deutéronome 33:2.)

Jude 14-15 « Hénoch le septième depuis Adam » a prophétisé « Voici, le Seigneur est venu avec ses saintes myriades, pour exercer un jugement contre tous... »

1 Hénoch 60:8 « Hénoch le septième depuis Adam »

1 Hénoch 1:9 « Voici, le Seigneur est venu avec ses saintes myriades, pour exercer un jugement contre tous... »

Deutéronome 33:2 « Voici, le Seigneur est venu de Sinaï... il est sorti des myriades de saints ».

Voici le témoignage de Saint Jérôme concernant son admission dans le canon : « Jude, frère de Jacques, a laissé une brève épître, qui est du nombre des sept épîtres catholiques; elle est rejetée par plusieurs du fait qu'elle invoque le témoignage du livre d'Hénoch, un apocryphe ; cependant, par son ancienneté et l'usage qui en a été fait, elle n'a pas manqué d'autorité et elle prend place au rang des Saintes Écritures. »

Richard Bauckham affirme que l'auteur de Jude considérait le livre d'Hénoch simplement comme authentique. Neyrey cependant laisse ouverte la possibilité que l'auteur de Jude l'ait utilisé rhétoriquement, en toute connaissance de cause. La grammaire de la citation est inhabituelle; au lieu de «Hénoch a prophétisé au sujet de ces hommes" (génitif), le texte grec contient "Hénoch a prophétisé à ces hommes" (datif).

Voici l’Épître de Jude en entier

Jude 1 « 1. Jude, serviteur de Jésus Christ, et frère de Jacques, à ceux qui ont été appelés, qui sont aimés en Dieu le Père, et gardés pour Jésus Christ:

2 que la miséricorde, la paix et la charité vous soient multipliées! 
3. Bien aimés, comme je désirais vivement vous écrire au sujet de notre salut commun, je me suis senti obligé de le faire afin de vous exhorter à combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes.

4 Car il s'est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maître et Seigneur Jésus Christ.

5 Je veux vous rappeler, à vous qui savez fort bien toutes ces choses, que le Seigneur, après avoir sauvé le peuple et l'avoir tiré du pays d'Égypte, fit ensuite périr les incrédules;

6 qu'il a réservé pour le jugement du grand jour, enchaînés éternellement par les ténèbres, les anges qui n'ont pas gardé leur dignité, mais qui ont abandonné leur propre demeure;

7 que Sodome et Gomorrhe et les villes voisines, qui se livrèrent comme eux à l'impudicité et à des vices contre nature, sont données en exemple, subissant la peine d'un feu éternel.

8. Malgré cela, ces hommes aussi, entraînés par leurs rêveries, souillent pareillement leur chair, méprisent l'autorité et injurient les gloires. 
9 Or, l'archange Michel, lorsqu'il contestait avec le diable et lui disputait le corps de Moïse, n'osa pas porter contre lui un jugement injurieux, mais il dit: Que le Seigneur te réprime!

10 Eux, au contraire, ils parlent d'une manière injurieuse de ce qu'ils ignorent, et ils se corrompent dans ce qu'ils savent naturellement comme les brutes.

11 Malheur à eux! car ils ont suivi la voie de Caïn, ils se sont jetés pour un salaire dans l'égarement de Balaam, ils se sont perdus par la révolte de Coré.

12 Ce sont des écueils dans vos agapes, faisant impudemment bonne chère, se repaissant eux-mêmes. Ce sont des nuées sans eau, poussées par les vents; des arbres d'automne sans fruits, deux fois morts, déracinés; 
13 des vagues furieuses de la mer, rejetant l'écume de leurs impuretés; des astres errants, auxquels l'obscurité des ténèbres est réservée pour l'éternité.

14 C'est aussi pour eux qu'Énoch, le septième depuis Adam, a prophétisé en ces termes: Voici, le Seigneur est venu avec ses saintes myriades, 
15. pour exercer un jugement contre tous, et pour faire rendre compte à tous les impies parmi eux de tous les actes d'impiété qu'ils ont commis et de toutes les paroles injurieuses qu'ont proférées contre lui des pécheurs impies.

16 Ce sont des gens qui murmurent, qui se plaignent de leur sort, qui marchent selon leurs convoitises, qui ont à la bouche des paroles hautaines, qui admirent les personnes par motif d'intérêt.

17 Mais vous, bien-aimés, souvenez-vous des choses annoncées d'avance par les apôtres de notre Seigneur Jésus Christ.

18 Ils vous disaient qu'au dernier temps il y aurait des moqueurs, marchant selon leurs convoitises impies;

19 ce sont ceux qui provoquent des divisions, hommes sensuels, n'ayant pas l'esprit.

20 Pour vous, bien-aimés, vous édifiant vous-mêmes sur votre très sainte foi, et priant par le Saint Esprit,

21 maintenez-vous dans l'amour de Dieu, en attendant la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ pour la vie éternelle.

22 Reprenez les uns, ceux qui contestent;

23 sauvez-en d'autres en les arrachant du feu; et pour d'autres encore, ayez une pitié mêlée de crainte, haïssant jusqu'à la tunique souillée par la chair.

24 Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irrépréhensibles et dans l'allégresse, 
25 à Dieu seul, notre Sauveur, par Jésus Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et puissance, dès avant tous les temps, et maintenant, et dans tous les siècles! Amen!

Repost 0
Salvatore Comisi - dans Epitres
commenter cet article
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 18:25

La Première épître de Jean est un livre du N. T. Bien que l'auteur de cette épître et des deux suivantes ne donne pas son nom, la langue ressemble tellement à celle de l'apôtre Jean qu'on admet que c'est lui qui a écrit les trois, comme l'indique la tradition chrétienne. Cette épître expose la grande vérité de la vie éternelle que possède celui qui croit en Jésus Christ. Cette vie qui est la nature même de Dieu.

Résumé de l’épître

Le chapitre 1 exhorte les saints à entrer en communion avec Dieu.

1Jean 1 "1. Ce qui était dès le commencement, … la parole de vie, -

2 car la vie a été manifestée, et nous l'avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée, - 

3 ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus Christ……. 5. La nouvelle que nous avons apprise de lui, et que nous vous annonçons, c'est que Dieu est lumière, et qu'il n'y a point en lui de ténèbres. 
6 Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, et que nous marchions dans les ténèbres, nous mentons, et nous ne pratiquons pas la vérité……… 8.
Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n'est point en nous.

9 Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité.

10 Si nous disons que nous n'avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n'est point en nous.». 

Le chapitre 2 souligne que les saints connaissent Dieu par l'obéissance et leur recommande de ne pas aimer le monde.

1Jean 2 «1. Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste.

2 Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier. 
3. Si nous gardons ses commandements, par là nous savons que nous l'avons connu. …. 9 Celui qui dit qu'il est dans la lumière, et qui hait son frère, est encore dans les ténèbres.

10 Celui qui aime son frère demeure dans la lumière, et aucune occasion de chute n'est en lui.

11 Mais celui qui hait son frère est dans les ténèbres, il marche dans les ténèbres, et il ne sait où il va, parce que les ténèbres ont aveuglé ses yeux. …… 15 N'aimez point le monde, ni les choses qui sont dans le monde. Si quelqu'un aime le monde, l'amour du Père n'est point en lui; 
16 car tout ce qui est dans le monde,
la convoitise de la chair, la convoitise des yeux, et l'orgueil de la vie, ne vient point du Père, mais vient du monde….. 23 Quiconque nie le Fils n'a pas non plus le Père; quiconque confesse le Fils a aussi le Père……. 29 Si vous savez qu'il est juste, reconnaissez que quiconque pratique la justice est né de lui». 

 

Le chapitre 3 appelle tous les hommes à devenir enfants de Dieu et à s'aimer les uns les autres.

 

1Jean 3 «1. Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu! Et nous le sommes. Si le monde ne nous connaît pas, c'est qu'il ne l'a pas connu.

2 Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu'il est. ……. 9 Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu'il est né de Dieu…….. 13 Ne vous étonnez pas, frères, si le monde vous hait…….  17 Si quelqu'un possède les biens du monde, et que, voyant son frère dans le besoin, il lui ferme ses entrailles, comment l'amour de Dieu demeure-t-il en lui?…… 20. car si notre coeur nous condamne, Dieu est plus grand que notre coeur, et il connaît toutes choses».

Le chapitre 4 explique que Dieu est amour et demeure en ceux qui l'aiment.

1Jean 4 «1. Bien-aimés, n'ajoutez pas foi à tout esprit; mais éprouvez les esprits, pour savoir s'ils sont de Dieu, car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde.

2 Reconnaissez à ceci l'Esprit de Dieu: tout esprit qui confesse Jésus Christ venu en chair est de Dieu; …… 15 Celui qui confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu……  20 Si quelqu'un dit: J'aime Dieu, et qu'il haïsse son frère, c'est un menteur; car celui qui n'aime pas son frère qu'il voit, comment peut-il aimer Dieu qu'il ne voit pas?».

Le chapitre 5 explique que les saints naissent de Dieu par la foi au Christ.

1Jean 5 «1. Quiconque croit que Jésus est le Christ, est né de Dieu, et quiconque aime celui qui l'a engendré aime aussi celui qui est né de lui. 
2 Nous connaissons que nous aimons les enfants de Dieu, lorsque nous aimons Dieu, et que nous pratiquons ses commandements…… 7 Car il y en a trois qui rendent témoignage:

8 l'Esprit, l'eau et le sang, et les trois sont d'accord……. 12 Celui qui a le Fils a la vie; celui qui n'a pas le Fils de Dieu n'a pas la vie……. 14. Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute.

15 Et si nous savons qu'il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée. …… 20 Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu'il nous a donné l'intelligence pour connaître le Véritable; et nous sommes dans le Véritable, en son Fils Jésus Christ. 
21
C'est lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle. Petits enfants, gardez-vous des idoles.».

Repost 0
Salvatore Comisi - dans Epitres
commenter cet article
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 18:15

La Deuxième épître de Jean est un livre du Nouveau Testament. Bien que l'auteur de cette épître, de la précédente et de la suivante ne donne pas son nom, la langue ressemble tellement à celle de Jean l'apôtre qu'on suppose que c'est lui qui a écrit les trois.

Contexte historique de la deuxième épître de Jean

À l’époque où l’apôtre Jean a écrit son épître, la communication était très efficace dans l’Empire romain. Elle n’était certes pas aussi efficace qu’aujourd’hui, mais elle connaissait tout de même une situation qui était jusqu’alors inégalée dans l’histoire de l’humanité. Les gens communiquaient à l’aide de messagers équestres, ces derniers pouvant emprunter assez librement les routes de l’Empire Romain en raison de leur grande sûreté assurée par les légions romaines. John Stott, dans son commentaire sur les épîtres de Jean, explique:

 

L’établissement et la consolidation de l’Empire romain rendaient les voyages à travers le monde habité beaucoup plus faciles et sûrs que cela n’avait jamais été le cas auparavant. Ils étaient facilités par les grandes routes que bâtissaient les Romains et par la «Pax Romana» que maintenaient leurs légions, autant que par un langage compris par tous. [John Stott, Les Épîtres de Jean, Vaux-sur-Seine, Edifac, 1998, p. 185].

 

Les chrétiens voyageaient aussi, pour diverses raisons : le commerce, la famille, le travail, la mission chrétienne, etc. Ils devaient par conséquent trouver de l’hébergement. Mais où aller? Le confort des hôtels modernes n’existait pas à ce temps-là. Dans les auberges antiques? Elles étaient souvent malpropres et tenues par des gens aux mœurs plutôt douteuses. En conséquence, il était normal que les chrétiens en déplacement reçoivent l’hospitalité des membres des Églises locales.

Certaines traces dans le Nouveau Testament attestent nettement la pratique de cette coutume à l’époque de l’Église primitive (voir Actes 16:4 « En passant par les villes, ils recommandaient aux frères d'observer les décisions des apôtres et des anciens de Jérusalem » ; 17:5-6 « 5 Mais les Juifs, jaloux prirent avec eux quelques méchants hommes de la populace, provoquèrent des attroupements, et répandirent l'agitation dans la ville. Ils se portèrent à la maison de Jason, et ils cherchèrent Paul et Silas, pour les amener vers le peuple.  
6 Ne les ayant pas trouvés, ils traînèrent Jason et quelques frères devant les magistrats de la ville, en criant: Ces gens, qui ont bouleversé le monde, sont aussi venus ici,
et Jason les a reçus. » ; Romains 16:23 « 23 Gaïus, mon hôte et celui de toute l'Église, vous salue. Éraste, le trésorier de la ville, vous salue, ainsi que le frère Quartus. »
 ;

Actes 21:8 «8. Nous partîmes le lendemain, et nous arrivâmes à Césarée. Étant entrés dans la maison de Philippe l'évangéliste, qui était l'un des sept, nous logeâmes chez lui….  , 21:16 Quelques disciples de Césarée vinrent aussi avec nous, et nous conduisirent chez un nommé Mnason, de l'île de Chypre, disciple de longue date, chez qui nous devions loger. » ).

Par contre, cette coutume de pratiquer l’hospitalité envers les chrétiens voyageurs entraînait des abus. Il y avait les charlatans, les faux prophètes et les faux docteurs, qui se présentaient comme des chrétiens et qui désiraient également obtenir l’hospitalité de la part des Églises locales. Or cette situation ne manquait pas de donner lieu à une question de nature pratique: devait-on aussi accorder l’hospitalité à de tels individus? Dans sa deuxième épître, Jean donne des instructions concernant ceux à qui l’Église doit interdire l’hospitalité. Les instructions de l’Ancien visent surtout la procédure à adopter vis-à-vis des faux prophètes et des faux docteurs.

Cette épître est la seule lettre du Nouveau Testament qui est écrite à une femme ; la "dame élue".

Voici La Deuxième épître de Jean en entier (13 versets)

2Jean 1: «1. L'ancien, à Kyria l'élue et à ses enfants, que j'aime dans la vérité, -et ce n'est pas moi seul qui les aime, mais aussi tous ceux qui ont connu la vérité, -

2 à cause de la vérité qui demeure en nous, et qui sera avec nous pour l'éternité: 
3 que la grâce, la miséricorde et la paix soient avec vous de la part de Dieu le Père et de la part de Jésus Christ, le Fils du Père, dans la vérité et la charité! 

4 J'ai été fort réjoui de trouver de tes enfants qui marchent dans la vérité, selon le commandement que nous avons reçu du Père. 
5. Et maintenant, ce que je te demande, Kyria, -non comme te prescrivant un commandement nouveau, mais celui que nous avons eu dès le commencement, -c'est que nous nous aimions les uns les autres. 
6 Et l'amour consiste à marcher selon ses commandements. C'est là le commandement dans lequel vous devez marcher, comme vous l'avez appris dès le commencement.

 
7. Car plusieurs séducteurs sont entrés dans le monde, qui ne confessent point que Jésus Christ est venu en chair. Celui qui est tel, c'est le séducteur et l'antéchrist.

8 Prenez garde à vous-mêmes, afin que vous ne perdiez pas le fruit de votre travail, mais que vous receviez une pleine récompense. 
9 Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n'a point Dieu; celui qui demeure dans cette doctrine a le Père et le Fils.

10. Si quelqu'un vient à vous et n'apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison, et ne lui dites pas: Salut! 
11 car celui qui lui dit: Salut! participe à ses mauvaises oeuvres. 
12. Quoique j'eusse beaucoup de choses à vous écrire, je n'ai pas voulu le faire avec le papier et l'encre; mais j'espère aller chez vous, et vous parler de bouche à bouche, afin que notre joie soit parfaite. 
13 Les enfants de ta soeur l'élue te saluent.

Voici La Troisième épître de Jean en entier (15 versets)

Jean félicite quelqu'un du nom de Gaïus pour sa fidélité et l'aide qu'il apporte à ceux qui aiment la vérité.

3Jean 1: «1. L'ancien, à Gaïus, le bien aimé, que j'aime dans la vérité. 2 Bien-aimé, je souhaite que tu prospères à tous égards et sois en bonne santé, comme prospère l'état de ton âme. 3. J'ai été fort réjoui, lorsque des frères sont arrivés et ont rendu témoignage de la vérité qui est en toi, de la manière dont tu marches dans la vérité. 
4 Je n'ai pas de plus grande joie que d'apprendre que mes enfants marchent dans la vérité. 5 Bien-aimé, tu agis fidèlement dans ce que tu fais pour les frères, et même pour des frères étrangers, 
6 lesquels ont rendu témoignage de ta charité, en présence de l'Église. Tu feras bien de pourvoir à leur voyage d'une manière digne de Dieu. 7 Car c'est pour le nom de Jésus Christ qu'ils sont partis, sans rien recevoir des païens. 

8 Nous devons donc accueillir de tels hommes, afin d'être ouvriers avec eux pour la vérité. 9. J'ai écrit quelques mots à l'Église; mais Diotrèphe, qui aime à être le premier parmi eux, ne nous reçoit point. 
10 C'est pourquoi, si je vais vous voir, je rappellerai les actes qu'il commet, en tenant contre nous de méchants propos; non content de cela, il ne reçoit pas les frères, et ceux qui voudraient le faire, il les en empêche et les chasse de l'Église. 11 Bien-aimé, n'imite pas le mal, mais le bien. Celui qui fait le bien est de Dieu; celui qui fait le mal n'a point vu Dieu. 12. Tous, et la vérité elle-même, rendent un bon témoignage à Démétrius; nous aussi, nous lui rendons témoignage, et tu sais que notre témoignage est vrai. 13 J'aurais beaucoup de choses à t'écrire, mais je ne veux pas le faire avec l'encre et la plume. 
14 J'espère te voir bientôt, et nous parlerons de bouche à bouche. (1:15) Que la paix soit avec toi! Les amis te saluent. Salue les amis, chacun en particulier

Repost 0
Salvatore Comisi - dans Epitres
commenter cet article
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 14:47

La deuxième épître de Pierre est un livre du N. T. Elle est envoyée par « Simon Pierre, esclave et apôtre de Jésus-Christ » (1:1).

Datation

Certains exégètes représentant la critique moderne considèrent qu'il s'agit de l'écrit le plus tardif du Nouveau Testament. Schlosser et Brown par exemple proposent une datation autour de 130. (J. Schlosser, "La deuxième épître de Pierre", in : Introduction au Nouveau Testament, sous dir. D. Marguerat, Genève, Labor et Fides, 2001; R.E. Brown, Que sait-on du Nouveau Testament?, Paris, Bayard, 2000).

Les raisons sont le parallélisme entre les chapitres 2 et 3 et l'épître de Jude (le texte est presque identique, la principale différence étant l'absence des citations des livres apocryphes de l’Ancien Testament ce qui amène ces exégètes à dater la deuxième épître de Pierre après l'événement qu'ils considèrent comme le moment de fixation du canon juif de l'Ancien Testament à Jamna), le fait que les lettres de Paul sont constituées en recueil et considérées comme Écriture sainte (2P 3:15 et ss), l'évocation de la disparition de la première génération chrétienne (2P 3:2 et 3:4b). Par ailleurs, Clément de Rome et Irénée de Lyon ne connaissent qu'une seule Épître de Pierre.

D'autres exégètes, qui tiennent une position plus traditionnelle, datent l'épître des années 60. L'on peut se référer au texte même et aux témoignages de l'Église ancienne (cf. l'étude très fouillée de A.D. Baum, Pseudepigraphie und literarische Fälschung im frühen Christentum, WUNT 2/138, Tübingen, Mohr Siebeck, 2001).

L'auteur serait alors Pierre, éventuellement par l'intermédiaire d'un secrétaire. (On peut trouver ces positions par ex. dans la Bible d'étude du Semeur, ou dans A. Kuen, Introduction au Nouveau Testament, tome 3 : Les épîtres générales, Saint-Légier, Editions Emmaüs, 1996; ou en anglais: D.A. Carson/D.J. Moo/L. Morris, An Introduction to the New Testament, Zondervan, 2005)

Résumé

Le chapitre 1 exhorte les saints à affermir leur vocation et leur élection.

2Pierre 1 : «1. Simon Pierre, serviteur et apôtre de Jésus Christ, à ceux qui ont reçu en partage une foi du même prix que la nôtre, par la justice de notre Dieu et du Sauveur Jésus Christ: …. 5. à cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la science, 6 à la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété, 7 à la piété l'amour fraternel, à l'amour fraternel la charité…… 13 Et je regarde comme un devoir, aussi longtemps que je suis dans cette tente, de vous tenir en éveil par des avertissements, 14 car je sais que je la quitterai subitement, ainsi que notre Seigneur Jésus Christ me l'a fait connaître.

15 Mais j'aurai soin qu'après mon départ vous puissiez toujours vous souvenir de ces choses. 16. Ce n'est pas, en effet, en suivant des fables habilement conçues, que nous vous avons fait connaître la puissance et l'avènement de notre Seigneur Jésus Christ, mais c'est comme ayant vu sa majesté de nos propres yeux.

17 Car il a reçu de Dieu le Père honneur et gloire, quand la gloire magnifique lui fit entendre une voix qui disait: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection. 18 Et nous avons entendu cette voix venant du ciel, lorsque nous étions avec lui sur la sainte montagne. 

Le chapitre 2 met en garde contre les faux prophètes, faux docteurs.

«Audacieux et arrogants …. ils parlent d'une manière injurieuse de ce qu'ils ignorent »

2Pierre 2 : «1. Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine. …. 9 le Seigneur sait délivrer de l'épreuve les hommes pieux, et réserver les injustes pour êtres punis au jour du jugement, 10. ceux surtout qui vont après la chair dans un désir d'impureté et qui méprisent l'autorité. Audacieux et arrogants, ils ne craignent pas d'injurier les gloires, 11 tandis que les anges, supérieurs en force et en puissance, ne portent pas contre elles de jugement injurieux devant le Seigneur.

 

12 Mais eux, semblables à des brutes qui s'abandonnent à leurs penchants naturels et qui sont nées pour êtres prises et détruites, ils parlent d'une manière injurieuse de ce qu'ils ignorent, et ils périront par leur propre corruption, …….. 20 En effet, si, après s'être retirés des souillures du monde, par la connaissance du Seigneur et Sauveur Jésus Christ, ils s'y engagent de nouveau et sont vaincus, leur dernière condition est pire que la première.

21 Car mieux valait pour eux n'avoir pas connu la voie de la justice, que de se détourner, après l'avoir connue, du saint commandement qui leur avait été donné. 22 Il leur est arrivé ce que dit un proverbe vrai: Le chien est retourné à ce qu'il avait vomi, et la truie lavée s'est vautrée dans le bourbier. 

 

Le chapitre 3 parle des derniers jours et de la seconde venue du Christ qui ne tardera pas puisque « devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour » incite aussi à lire les lettres de saint Paul.

2Pierre 3 : «1. Voici déjà, bien-aimés, la seconde lettre que je vous écris. Dans l'une et dans l'autre je cherche à éveiller par des avertissements votre saine intelligence, …. 2 afin que vous vous souveniez des choses annoncées d'avance par les saints prophètes, et du commandement du Seigneur et Sauveur, 3. enseigné par vos apôtres, sachant avant tout que, dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises, 
4 et disant: Où est la promesse de son avènement? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création. 
5 Ils veulent ignorer, en effet, que des cieux existèrent autrefois par la parole de Dieu, de même qu'une terre tirée de l'eau et formée au moyen de l'eau, 6 et que par ces choses le monde d'alors périt, submergé par l'eau, 7 tandis que, par la même parole, les cieux et la terre d'à présent sont gardés et
réservés pour le feu, pour le jour du jugement et de la ruine des hommes impies.

8. Mais il est une chose, bien-aimés, que vous ne devez pas ignorer, c'est que, devant le Seigneur, un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour. ……. 15 Croyez que la patience de notre Seigneur est votre salut, comme notre bien-aimé frère Paul vous l'a aussi écrit, selon la sagesse qui lui a été donnée. 
16 C'est ce qu'il fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Écritures, pour leur propre ruine. 

Repost 0
Salvatore Comisi - dans Epitres
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 10:47

La Première épître de Pierre est un livre du N. T

L’auteur s’identifié lui-même comme « Pierre, apôtre de Jésus-Christ » (1Pierre 1:1). Des exégètes modernes se sont montrés sceptiques sur le fait que Pierre, un pêcheur de la mer de Galilée, ait pu l'écrire. Sont en cause le style cultivé de l'écriture grecque et le manque de détails personnels suggérant des contacts avec Jésus de Nazareth.

Cependant, de son témoignage même, nous savons qu'il a eu recours pour la rédaction à Sylvain (1P 5:12) (ce nom étant la forme latinisée de Silas, qui est le nom d'un personnage connu pour être disciple de Paul (2 Co 1:19 ; 1 Th 1:1 ; 2 Th 1:1 ; Ac 15:40), et qu'il est un apôtre (1P 1:1), « témoin des souffrances du Christ » (1P 5:1).

Contexte

L'épître fut écrite de «Babylone» (peut-être Rome, même si Babylone existait encore à cette époque) et fut envoyée aux saints dans ce qui est maintenant appelé l'Asie Mineur peu après que Néron eut commencé à persécuter les chrétiens.

Résumé

Le chapitre 1 parle du rôle auquel le Christ était pré ordonné, celui de Rédempteur.

1Pierre 1: «1. Pierre, apôtre de Jésus Christ, à ceux qui sont étrangers et dispersés dans le Pont, la Galatie, la Cappadoce, l'Asie et la Bithynie, 2 et qui sont élus selon la prescience de Dieu le Père, par la sanctification de l'Esprit, afin qu'ils deviennent obéissants, et qu'ils participent à l'aspersion du sang de Jésus Christ: que la grâce et la paix vous soient multipliées! 3. Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus Christ d'entre les morts, 4 pour un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux, 
5 à vous qui, par la puissance de Dieu, êtes
gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps! 
6. C'est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu'il le faut, vous soyez
attristés pour un peu de temps par divers épreuves, 
7 afin que l'épreuve de votre foi, plus précieuse que l'or périssable (qui cependant est éprouvé par le feu), ait pour résultat la louange, la gloire et l'honneur, lorsque Jésus Christ apparaîtra, ……. 15 Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu'il est écrit:

16 Vous serez saints, car je suis saint…….  22 Ayant purifié vos âmes en obéissant à la vérité pour avoir un amour fraternel sincère, aimez-vous ardemment les uns les autres, de tout votre coeur, 23 puisque vous avez été régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole vivante et permanente de Dieu. 
24. Car Toute chair est comme l'herbe, Et toute sa gloire comme la fleur de l'herbe. L'herbe sèche, et la fleur tombe;». 

 

Les chapitres 2 et 3 expliquent qu'il est la pierre angulaire de l'Église (l’assemblée des appelles), que les croyants forment un sacerdoce royal (quelquefois appelé sacerdoce universel) une nation sainte (chapitre 2:9-10) et que le Christ a prêché aux esprits en prison qui. («aux jours de Noé » non pas cru).

1Pierre 2: «4. Approchez-vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu;

5 et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d'offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus Christ. 6 Car il est dit dans l'Écriture: Voici, je mets en Sion une pierre angulaire, choisie, précieuse; Et celui qui croit en elle ne sera point confus. 
7 L'honneur est donc pour vous, qui croyez. Mais, pour les incrédules, La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient Est devenue la principale de l'angle, Et une pierre d'achoppement Et un rocher de scandale; 

1Pierre 3: «18. Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, ayant été mis à mort quant à la chair, mais ayant été rendu vivant quant à l'Esprit, 
1
9 dans lequel aussi il est allé prêcher aux esprits en prison, 
20 qui autrefois avaient été incrédules, lorsque la patience de Dieu se prolongeait, aux jours de Noé, pendant la construction de l'arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, c'est-à-dire huit, furent sauvées à travers l'eau. 21. Cette eau était une figure du baptême, qui n'est pas la purification des souillures du corps, mais l'engagement d'une bonne conscience envers Dieu, et qui maintenant vous sauve, vous aussi, par la résurrection de Jésus Christ, 22 qui est à la droite de Dieu, depuis qu'il est allé au ciel, et que les anges, les autorités et les puissances, lui ont été soumis.» 

Le chapitre 4 expliquent pourquoi l’Évangile est prêché aux morts du temps de Noé.

1Pierre 4 «1. Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché ….. 6 Car l'Évangile a été aussi annoncé aux morts, afin que, après avoir été jugés comme les hommes quant à la chair, ils vivent selon Dieu quant à l'Esprit……..

16 Mais si quelqu'un souffre comme chrétien, qu'il n'en ait point honte, et que plutôt il glorifie Dieu à cause de ce nom.

17 Car c'est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c'est par nous qu'il commence, quelle sera la fin de ceux qui n'obéissent pas à l'Évangile de Dieu? 18 Et si le juste se sauve avec peine, que deviendront l'impie et le pécheur? 
19 Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu remettent leurs âmes au fidèle Créateur, en faisant ce qui est bien. 

Le chapitre 5 s’adresse aux anciens qui doivent avec amour faire paître le troupeau, «non pour un gain… non comme dominant sur eux».

1Pierre 5 : «1. Voici les exhortations que j'adresse aux anciens qui sont parmi vous, moi ancien comme eux, témoin des souffrances de Christ, et participant de la gloire qui doit être manifestée: 
2
Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu; non pour un gain sordide, mais avec dévouement; 3 non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau. 
4 Et lorsque le souverain pasteur paraîtra, vous obtiendrez la couronne incorruptible de la gloire.

5. De mêmes, vous qui êtes jeunes, soyez soumis aux anciens. Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez-vous d'humilité; car Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles.

6 Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu'il vous élève au temps convenable; 7 et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. 8. Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. 9 Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde ……..

12 C'est par Sylvain, qui est à mes yeux un frère fidèle, que je vous écris ce peu de mots, pour vous exhorter et pour vous attester que la grâce de Dieu à laquelle vous êtes attachés est la véritable. 
13 L'Église des élus qui est à Babylone vous salue, ainsi que Marc, mon fils.

14 Saluez-vous les uns les autres par un baiser d'affection. Que la paix soit avec vous tous qui êtes en Christ!

Repost 0
Salvatore Comisi - dans Epitres
commenter cet article
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 19:04

L'Épître de Jacques est un livre du N. T. une des épîtres catholiques.

Écrite en 56, il s'agit d'une lettre envoyée par Jacques, serviteur de Dieu et de Jésus-Christ (1:1). Des spécialistes pensent qu'il s'agit de Jacques, le frère de Jésus ((fils de Marie et Joseph) cités en Marc 6:3 en parlant de Jésus. «3 N'est-ce pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joses, de Jude et de Simon? et ses soeurs ne sont-elles pas ici parmi nous? »), qui a joué un grand rôle dans l'Église de Jérusalem. D'autres théories remettent cette affirmation en question pour une question de dates (Jacques a été lapidé en 62 et l'épître daterait de 80 - 90. On suppose qu'elle a été écrite à Jérusalem, son lieu d'habitation.

Contenu

Les épreuves de la vie peuvent venir de Dieu: il éprouve ainsi notre foi pour la rendre pure, gratuite.

Jacques 1: « 1. Jacques, serviteur de Dieu et du Seigneur Jésus Christ, aux douze tribus qui sont dans la dispersion, salut! 
2. Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, 3 sachant que
l'épreuve de votre foi produit la patience. 4 Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son oeuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien».

L'épître contient quelques énoncés clairs concernant l'application pratique de la religion, notamment le conseil important, Le culte qu'on lui rend doit comporter des actes de démonstration de sa foi.

chapitre 1 :« 5 Si quelqu'un d'entre vous manque de sagesse, qu'il l'a demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. 6 Mais qu'il l'a demande avec foi, sans douter; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d'autre. 7 Qu'un tel homme ne s'imagine pas qu'il recevra quelque chose du Seigneur: 8 c'est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies.».

Si l'épreuve vient de Dieu, La tentation ne vient pas de Dieu

Jacques 1: «13. Que personne, lorsqu'il est tenté, ne dise: C'est Dieu qui me tente. Car Dieu ne peut être tenté par le mal, et il ne tente lui-même personne. 14 Mais chacun est tenté quand il est attiré et amorcé par sa propre convoitise. 15 Puis la convoitise, lorsqu'elle a conçu, enfante le péché; et le péché, étant consommé, produit la mort. ».

La Parole de Dieu doit toujours être mise en pratique

Jacques 1: « 22 Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l'écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements. 
23 Car, si quelqu'un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel, 
24 et qui, après s'être regardé, s'en va, et oublie aussitôt quel il était. 
25 Mais celui qui aura plongé les regards dans la loi parfaite, la loi de la liberté, et qui aura persévéré, n'étant pas un auditeur oublieux, mais se mettant à l'oeuvre, celui-là sera heureux dans son activité.

Le chapitre 2 parle de la foi et des œuvres.

Jacques 2 : «1. Mes frères, que votre foi en notre glorieux Seigneur Jésus Christ soit exempte de toute acception de personnes…… 8. Si vous accomplissez la loi royale, selon l'Écriture: Tu aimeras ton prochain comme toi-même, vous faites bien. ……. 17 Il en est ainsi de la foi: si elle n'a pas les oeuvres, elle est morte en elle-même….. 26 Comme le corps sans âme est mort, de même la foi sans les oeuvres est morte. … (Jc 2,14-26) « À quoi cela sert-il, mes frères, que quelqu'un dise : " J'ai la foi ", s'il n'a pas les œuvres ? La foi peut-elle le sauver ?... “Vous voyez que l'homme est justifié par les œuvres, et non par la foi seulement.”… Comme le corps sans l'âme est mort, de même la foi sans les œuvres est-elle morte. »

Les chapitres 3 et 4 parlent de la nécessité de surveiller sa langue et exhortent les saints à ne pas médire les uns des autres.

Dans le troisième chapitres, Jacques met en garde contre les dangers de la parole. Il exhorte les chrétiens à écouter les autres plus que vouloir parler. Il leur conseille également de ne pas avoir comme but de devenir prêcheurs ou enseignants, car quiconque prêche a la responsabilité de l'enseignement qu'il donne à ses élèves. Il met l'accent sur les dangers du péché par omission, le bien qu'on pourrait faire et qu'on ne fait pas. Son enseignement se base sur la pratique, prône la foi authentique, la prière de la foi. Gagner des âmes.

Jacques 3 : « 1. Mes frères, qu'il n'y ait pas parmi vous un grand nombre de personnes qui se mettent à enseigner, car vous savez que nous serons jugés plus sévèrement. ….. 5 De même, la langue est un petit membre, et elle se vante de grandes choses. Voici, comme un petit feu peut embraser une grande forêt. 6 La langue aussi est un feu; c'est le monde de l'iniquité. La langue est placée parmi nos membres, souillant tout le corps, et enflammant le cours de la vie, étant elle-même enflammée par la géhenne. …… 16 Car là où il y a un zèle amer et un esprit de dispute, il y a du désordre et toutes sortes de mauvaises actions. 17 La sagesse d'en haut est premièrement pure, ensuite pacifique, modérée, conciliante, pleine de miséricorde et de bons fruits, exempte de duplicité, d'hypocrisie. 18 Le fruit de la justice est semé dans la paix par ceux qui recherchent la paix. 

Une attitude préférentielle pour les choses courantes du monde (matérialisme, égoïsme, etc.) entrave les relations que l'on peut avoir avec Dieu.

Jacques 4: «1. D'où viennent les luttes, et d'ou viennent les querelles parmi vous? N'est-ce pas de vos passions qui combattent dans vos membres? …. 3 Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions….. 7 Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous. … 11. Ne parlez point mal les uns des autres, frères. Celui qui parle mal d'un frère, ou qui juge son frère, parle mal de la loi et juge la loi. Or, si tu juges la loi, tu n'es pas observateur de la loi, mais tu en es juge. …. 17 Celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un péché. ». 

Le chapitre 5 dénonce les agissements des riches, dans leur mauvaise gestion des richesses; il encourage les saints à faire preuve de patience et à appeler les anciens pour avoir une bénédiction quand ils sont malades ; il enseigne aussi les bénédictions que l'on a lorsque l'on contribue à la conversion d'autres personnes.

Jacques 5: «1 A vous maintenant, riches! Pleurez et gémissez, à cause des malheurs qui viendront sur vous. 2 Vos richesses sont pourries, et vos vêtements sont rongés par les teignes. 3 Votre or et votre argent sont rouillés; et leur rouille s'élèvera en témoignage contre vous, et dévorera vos chairs comme un feu. Vous avez amassé des trésors dans les derniers jours! 4 Voici, le salaire des ouvriers qui ont moissonné vos champs, et dont vous les avez frustrés, crie, et les cris des moissonneurs sont parvenus jusqu'aux oreilles du Seigneur des armées. 
5 Vous avez vécu sur la terre dans les voluptés et dans les délices, vous avez rassasiez vos coeurs au jour du carnage. 6
Vous avez condamné, vous avez tué le juste, qui ne vous a pas résisté. 

12. Avant toutes choses, mes frères, ne jurez ni par le ciel, ni par la terre, ni par aucun autre serment. Mais que votre oui soit oui, et que votre non soit non, afin que vous ne tombiez pas sous le jugement….. 
13 Quelqu'un parmi vous est-il dans la souffrance? Qu'il prie. Quelqu'un est-il dans la joie? Qu'il chante des cantiques. 
14 Quelqu'un parmi vous est-il malade? Qu'il appelle les anciens de l'Église, et que les anciens prient pour lui, en l'oignant d'huile au nom du Seigneur; 15
la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera; et s'il a commis des péchés, il lui sera pardonné. 
16 Confessez donc vos péchés
les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficace. …. 19 Mes frères, si quelqu'un parmi vous s'est égaré loin de la vérité, et qu'un autre l'y ramène, 
20 qu'il sache que celui qui ramènera un pécheur de la voie où il s'était égaré sauvera une âme de la mort et couvrira une multitude de péchés. »

"Épître de paille" C'est ainsi que Luther qualifiait l'Épître de Jacques pour signifier sa réserve à son égard, car elle lui paraissait refuser la théologie de l’apôtre Paul de la justification par la foi.

Elle semble s'opposer à la doctrine dusalut par la foi sans les œuvres de la Loi, exposée par Paul dans :

(Romains 10:4) « Car la fin de la Loi, c'est le Christ pour la justification de tout croyant. » et (Galates 2:16) « … sachant que l'homme n'est pas justifié par la pratique de la Loi, mais seulement par la foi en Jésus Christ, nous avons cru, nous aussi, au Christ Jésus, afin d'obtenir la justification par la foi au Christ et non par la pratique de la Loi, puisque par la pratique de la Loi personne ne sera justifié. »

Repost 0
Salvatore Comisi - dans Epitres
commenter cet article
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 08:55

L'Épître aux Hébreux est un livre du N. T. Elle s'adresse à des chrétiens issus du judaisme, c'est-à-dire, au sens premier, aux judéo-chrétiens encore attachés à certains usages de la Loi juive comme la circoncision.

Auteur

Elle ne comporte pas de nom d'auteur. Alors que Tertullien l'attribuait à Barnabé (De Pudicitia 20), elle est considérée par certains comme une épître de l'apotre Paul, par d'autres comme d'un autre auteur.

Arguments contre le fait que ce soit Paul de Tarse qui ait rédigé cette épître :

Origène disait à ce sujet : « Pour moi, si je donnais mon avis, je dirais que les pensées sont de l'apôtre; mais la phrase et la composition sont de quelqu'un qui rapporte les enseignements de l'apôtre ». Divers noms ont été proposés, notamment celui d'Apollos (dont il est question en 1 Co 1:12), mais aussi Clément Romain, Silas ou Luc. 

Arguments pour le fait que ce soit l'apôtre Paul qui ait rédigé cette épître :

On reconnaît sa façon de raisonner et surtout la Bible elle-même donne des indications car l'auteur envoie des salutations d’Italie et mentionne son compagnon Timothée, qui était avec lui à Rome. On peut retrouver ces points en Philippiens 1:1 ; Colossiens 1:1 ; Philémon  1 et Hébreux 13:23, 24. Quoi qu'il en soit, tant l'Église catholique que les Églises orthodoxes, dans le canon des Écritures comme dans les lectures liturgiques, rangent l'épître sous le nom de Paul de Tarse, ainsi que la Bible de Jérusalem.

Caractéristiques de l'épître

Son originalité réside dans le thème envisageant résolument une transition entre les deux alliances, l'Ancienne Alliance  et la Nouvelle Alliance. L'auteur tente d'expliquer la différence fondamentale entre les deux Testaments (synonymes d'alliances) : le rapport à Dieu  et la définition du salut s'en trouvent bouleversés.

Sous l'Ancienne Alliance, contractée par Abraham (par l'acte de foi de la circoncision ), l'homme vivait sous le régime de la Loi. Ce qui signifiait que pour mériter et gagner son salut, l'homme devait observer rigoureusement tous les commandements inscrits dans la Loi, avec sa multitude d'interdits et d'obligations contraignants.

Sous la Nouvelle Alliance, contractée au moment de la Pentecote  de l'an 33 (par l'acte de foi du Bapteme  d'eau et d'Esprit), l'homme vit désormais sous le régime de la grace. Le sang de Jésus lave le pécheur repentant, qui n'est plus tenu d'observer les commandements cultuels de la Loi, chose d'ailleurs impossible, tant elle était contraignante.

Une constante cependant demeure d'un Testament à l'autre : la foi. L'attente de Dieu, en ce qui concerne la foi, est la même que celle démontrée par les hommes de l'Ancienne Alliance. La foi qui anima les patriarches et les grandes figures de l'Ancien Testament  (Noé, Abraham, Sarah, Isaac, Jacob, Joseph, Moise etc.) constitue donc une référence à suivre pour le chrétien.

Dans cette épître, l'auteur définit ce qu'il qualifie d' enseignement élémentaire, au chapitre 6 : "les articles fondamentaux du repentir des œuvres mortes et de la foi en Dieu, de l'instruction sur les baptêmes et de l'imposition des mains, de la résurrection des morts et du jugement éternel." (6,1-2).

Résumé

Les chapitres 1 et 2 expliquent que Jésus est plus grand que les anges.

Les chapitres 3 à 7 comparent Jésus à Moise et à la loi de Moise  et témoignent qu'il est plus grand que l'un et l'autre. Ils enseignent aussi que la Prêtrise de Melchisédech est plus grande que celle d'Aaron.

Les chapitres 8 et 9 expliquent comment les ordonnances mosaïques ont préparé le peuple au ministère du Christ et comment le Christ est le Médiateur de la Nouvelle Alliance.

Le chapitre 10 est une exhortation à la diligence et à la fidélité.

Le chapitre 11 est un discours sur la foi.

Le chapitre 12 contient des exhortations et des avertissements.

Le chapitre 13 explique la respectabilité du mariage et l'importance de la bienfaisance. Salutations finales.

Plan septénaire de l'épître aux Hébreux (selon Louis Dussaut)

I. Incarnation du Fils de Dieu : 1:1 --- 2,18.

II. Jésus, grand prêtre fidèle et compatissant : 3:1 --- 5:10.

III. Jésus, grand prêtre éternel : 5:11 --- 7:28.

IV. Jésus, grand prêtre par son sang (= sa vie) : 8:1 --- 9:28.

V. Offrande unique du Fils : 10:1-39.

VI. La foi : 11:1 --- 12:13.

VII. La charité : 12:14 --- 13:21.

Billet d'envoi : 13:22-25.

Argument de l'épître. (D'après le plan proposé ci-dessus.).

I. Incarnation du Fils de Dieu. (1:1 --- 2:18).

En ces temps qui sont les derniers, Dieu nous a parlé par son Fils, celui par qui il a créé les mondes.

Il a reçu un nom bien supérieur à celui des anges. Nous devons donc prendre au sérieux son message.

Abaissé un moment au-dessous des anges par son incarnation, par sa mort il est devenu auprès de Dieu un grand prêtre puissant et miséricordieux, en vue d'effacer les péchés du monde.

II. Grand prêtre fidèle et compatissant. (3:1 --- 5:10).

Il est accrédité auprès de Dieu, comme Moïse le fut en son temps.

Mais sa gloire est bien supérieure à celle de Moïse. N'endurcissons donc pas notre cœur, comme le firent les hébreux au désert.

Ayant connu lui-même la souffrance, il est capable de compatir à nos faiblesses.

Avançons-nous donc vers lui avec pleine assurance. En effet, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent cause de salut éternel.

III. Grand prêtre éternel. (5:11 — 7:28).

Ne laissons donc pas fléchir notre foi. N'abandonnons pas cette cause de notre salut.

Mais Dieu ne peut méconnaître l'activité et l'amour des justes.

Jésus est devenu pour nous, à la manière de Melchisédech, grand prêtre pour l'éternité.

Le sacerdoce lévitique, issu de Jacob puis d'Aaron, était inférieur à celui de Melchisédech.

Jésus lui-même, issu de Juda, non de Lévi, n'était pas prêtre aaronide.

Mais il est prêtre à la manière de Melchisédech. Il l'est avec serment : "Tu es prêtre pour l'éternité". (Ps 110:4).

Il n'a pas besoin d'offrir chaque jour des sacrifices car il l'a fait une fois pour toutes, en s'offrant lui-même.

IV. Il est grand prêtre par son sang (= sa vie) (8:1 — 9:28).

Les grands prêtres de la terre offraient des dons pris à la terre.

Mais le prophète Jérémie avait prédit une alliance nouvelle, qui rendrait l'ancienne caduque.

Le grand prêtre seul pénétrait une fois l'an, le jour de la fête de l'expiation, dans le Saint des Saints, offrant le sang des animaux.

Le Christ pénètre dans une tente éternelle, celle du ciel, offrant son propre sang une fois pour toutes, pour enlever les péchés de la multitude.

Il apparaîtra une deuxième fois, à la fin des temps, pour ceux qui l'attendent.

V. Offrande unique du Christ. (10:1-39).

Le sang des taureaux et des boucs était incapable de remettre les péchés.

Aussi Jésus a dit : "Voici, je suis venu pour faire ta volonté. Il supprime le premier culte pour établir le second. C'est dans cette volonté que nous avons été sanctifiés par l'offrande du corps de Jésus-Christ, faite une fois pour toutes." (10:9-10).

Persévérons nous-mêmes dans cette volonté de Dieu. Car l'offrande du Christ est l'unique offrande. À part le sang du Christ, "il ne reste plus pour les péchés aucun sacrifice." (10:26).

Mais "Nous, nous ne sommes pas hommes à faire défection, pour notre perte, mais hommes de foi pour le salut de nos âmes." (10:39).

VI. La foi. (11,1 --- 12,13).

"La foi est l'hypostase [la substance] des choses qu'on espère, la preuve des choses qu'on ne voit pas." (11:1).

Imitons la foi des anciens, celle d'Abel, d'Hénoch, de Noé, d'Abraham, de Moïse ; celle des prophètes qui ont été persécutés.

Par la foi nous aussi nous devons résister jusqu'au sang.

Ne méprisons pas les exhortations et la correction du Seigneur.

"Redressez donc les mains défaillantes et les genoux chancelants, et pour vos pieds faites des pistes droites." (12:12-13).

VII. La charité. (Parénèse). (12:14 --- 13:21).

"Recherchez la paix avec tous, et la sanctification." (12:14).

"Veillez à ne pas refuser d'entendre celui qui vous parle !" (12:25).

"N'oubliez pas la bienfaisance." (13:16).

"Obéissez à vos chefs." (13:17).

"Priez pour nous, car nous avons la conviction d'avoir une conscience pure avec la volonté de bien nous conduire en toute occasion." (13:18).

"Que le Dieu de la paix qui a fait remonter d'entre les morts le grand Pasteur des brebis par le sang d'une alliance éternelle, Notre Seigneur Jésus, vous rende aptes à tout ce qui est bien pour faire sa volonté." (13:20-21).

"Amen." (13:21).

Billet d'envoi. (13:22-25).

"Je vous en prie, frères, faites bon accueil à ces paroles d'exhortation." (13:22).

L'auteur de l'épître.

Quel est l'auteur de l'épître aux Hébreux ? Paul ? Barnabé ou Apollos, sur les instructions de Paul ? ...

L'accord n'existe pas entre les exégètes au sujet de l'auteur anonyme de l'épître aux Hébreux.

L'attribution à l'apôtre Paul lui-même date de la plus haute antiquité. Elle est toujours tenue fermement par l'Église catholique et par l'ensemble des Églises orthodoxes. Le plus ancien papyrus qui nous l'ait conservée, le P 46, daté des environs de l'an 200, l'insère parmi le corpus paulinien, entre l'épître aux Romains et la première aux Corinthiens!

Cependant l'absence de suscription et la différence de style empêchent de l'attribuer immédiatement à l'Apôtre, mais plutôt à un membre de son entourage.

Barnabé sur les instructions de Paul ?

La candidature de saint Barnabé se présente d'abord sous les meilleurs auspices. Originaire de Chypre, il a pu bénéficier d'une vaste culture alexandrine.

On sait en effet que l'île de Chypre vivait depuis des siècles dans la sphère culturelle, sinon politique, d'Alexandrie et plus généralement, depuis toujours, de l'Égypte.

En tant que lévite, Barnabé avait dû s'intéresser aux aspects liturgiques, cultuels, du judaïsme.

Il jouissait d'une haute réputation dans l'Église primitive. Il a lui-même introduit Paul dans le cercle des apôtres. Il l'accompagnait dans ses premières missions.

Si un différend l'opposa un moment à l'apôtre Paul, cet incident ne doit pas être exagéré. Marc, l'objet du litige, et qui avait d'abord suivi son cousin Barnabé, redeviendra disciple de Paul, qui en parle avec les plus grands éloges.

Paul lui-même évoque Barnabé dans 1 Co 9:6, où l'on ne discerne pas la moindre trace de rivalité.

La présence de Barnabé à Rome est signalée par les Recognitiones pseudo -clémentines et les Actus Petri cum Simone. Ces romans ont pu conserver un souvenir historique.

On sait que l'Église d'Occident a longtemps hésité avant d'admettre cette épître comme paulinienne. Tertullien au début du IIIe siècle l'attribuait formellement à Barnabé.

Le portrait psychologique que l'auteur trace de lui-même dans Hébreux 13:18-19 correspond exactement aux éloges de Barnabé qu'on trouve dans les Actes, spécialement en Ac 11:22-24. Déjà il "encourageait" les disciples.

La mise en commun des ressources, que l'épître préconise (cf. Hébreux 13:16), fait penser à la générosité de Barnabé mise en exergue dans les Actes. (Cf. Ac 4:37).

Il avait été surnommé Barnabé, c'est-à-dire "fils d'encouragement" (Ac 4:36), par les apôtres eux-mêmes. Toute l'épître aux Hébreux se présente comme "un discours d'encouragement" (He 13:22) et renferme d'innombrables exhortations.

Il semble bien que l'épître aux Hébreux s'adresse, d'Italie, aux chrétiens d'Antioche, spécialement à ceux d'origine juive, parmi lesquels Barnabé s'apprêtait à retourner. S'il y jouissait d'un immense prestige, il n'exerçait pas cependant d'autorité proprement dite. Il se recommandait aux chefs de la communauté.

Apollos sur les instructions de Paul ?

Luther fut le premier à proposer Apollos comme l'écrivain anonyme, auteur de l'épître aux Hébreux.

Aujourd'hui une telle opinion est partagée par la majorité des critiques protestants et par quelques exégètes catholiques. Le père Spicq O.P. a défendu avec fougue cette hypothèse

Le portrait-robot qu'on peut dresser de l'auteur correspond trait pour trait à la notice des Actes consacrée à Apollos. (Cf. Ac 18:24-28).

Un juif, originaire d'Alexandrie, versé dans les Écritures. Le père Spicq a exposé dans une étude très fouillée, que l'auteur de notre épître était non seulement de culture alexandrine mais encore un familier de l'œuvre de Philon, un philonien converti au christianisme.

"Démontrant par les Écritures que Jésus est le Christ" (Actes 18:28), la formule de Luc dans les Actes définit au mieux le propos de l'épître aux Hébreux.

On ne voit pas cependant comment Apollos aurait acquis un tel ascendant auprès des judéo-chrétiens de Palestine ou d'Antioche, comment il les aurait connus, pour leur adresser ces exhortations et leur annoncer qu'il allait les revoir... Ce qui évoque à nouveau la crédibilité de la paternité paulinienne et l'autorité qu'elle suppose auprès des diverses Églises primitives.

Repost 0
Salvatore Comisi - dans Epitres
commenter cet article
27 mars 2014 4 27 /03 /mars /2014 08:16

L'Épître à Philémon est un livre du N. T. dont l’auteur est Saint Paul. Le très bref écrit est une lettre personnelle de Saint Paul adressée à Philémon, un chrétien de Colosse .

L'apôtre Paul  écrit cette lettre ‘de sa propre main’ (Philémon verset « 19a Moi Paul, je l'écris de ma propre main »), pendant son premier emprisonnement à Rome. Elle est envoyée à son disciple Philémon, chrétien de Colosse. Très brève elle n’est pas divisée en chapitres et est considérée comme la plus personnelle Épître de Paul. Bien que ‘personnelle’, la lettre n’en est pas strictement privée pour autant car Paul y salue la communauté chrétienne: « l’église qui s’assemble dans ta maison » (Philémon. V 2).

Contenu

Paul a un problème à régler avec Philémon. Onèsime, esclave de Philémon Onésimeà la suite d’une ‘indélicatesse’ (« s’il t’a fait quelque tort... » : Philémon. V 18) a pris la fuite. Rencontrant Saint Paul il s’est attaché à lui, s’est converti et en a reçu le baptême. Il est même devenu un collaborateur. Paul sait cependant que la loi l’oblige à rendre l’esclave fugitif à son maître. Ce qu’il fait.

Paul renvoie donc Onésime à Colosse  en compagnie de Tychique (Col. 4:9 «Je l'envoie avec Onésime, le fidèle et bien-aimé frère, qui est des vôtres. Ils vous informeront de tout ce qui se passe ici.»).

 

Il est porteur de cette lettre où la personnalité de Paul apparaît sous un jour très humain. Il ne force rien, n’ordonne rien, mais invite Philémon à recevoir son ancien esclave comme un frère bien-aimé (« Il l’est tellement pour moi. Reçois-le comme si c’était moi » : Philémon v 16). Si tort lui a été fait, que cela soit mis sur le compte de Paul (« C’est moi qui paierai… » : Philémon v 19). Paul se fait presque suppliant: « je sais que tu feras encore plus que je ne dis... » Phm v21).

Paul conclut la lettre par l’annonce de sa visite et les salutations d’usage aux proches de Philémon et autres membres de l’église  (communauté chrétienne) de Colosse.

 

L'Épître à Philémon

 

«Philémon 1: 1. Paul, prisonnier de Jésus Christ, et le frère Timothée, à Philémon, notre bien-aimé et notre compagnon d'oeuvre, 
2 à la soeur Apphia, à Archippe, notre compagnon de combat, et à l'Église qui est dans ta maison: 3 que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ! 
4 Je rends continuellement grâces à mon Dieu, faisant mention de toi dans mes prières, 5 parce que je suis informé de la foi que tu as au Seigneur Jésus et de ta charité pour tous les saints. 6 Je lui demande que ta participation à la foi soit efficace pour la cause de Christ, en faisant reconnaître en nous toute espèce de bien. 7 J'ai, en effet, éprouvé beaucoup de joie et de consolation au sujet de ta charité; car par toi, frère, le coeur des saints a été tranquillisé. 8. C'est pourquoi, bien que j'aie en Christ toute liberté de te prescrire ce qui est convenable, ……….


9 c'est de préférence au nom de la charité que je t'adresse une prière, étant ce que je suis, Paul, vieillard, et de plus maintenant prisonnier de Jésus Christ. 10 Je te prie pour mon enfant, que j'ai engendré étant dans les chaînes, Onésime, 11 qui autrefois t'a été inutile, mais qui maintenant est utile, et à toi et à moi. 12 Je te le renvoie lui, mes propres entrailles. 13 J'aurais désiré le retenir auprès de moi, pour qu'il me servît à ta place, pendant que je suis dans les chaînes pour l'Évangile. ………


14 Toutefois, je n'ai rien voulu faire sans ton avis, afin que ton bienfait ne soit pas comme forcé, mais qu'il soit volontaire. 
15 Peut-être a-t-il été séparé de toi pour un temps, afin que tu le recouvres pour l'éternité, 16 non plus comme un esclave, mais comme supérieur à un esclave, comme un frère bien-aimé, de moi particulièrement, et de toi à plus forte raison, soit dans la chair, soit dans le Seigneur. 17 Si donc tu me tiens pour ton ami, reçois-le comme moi-même. 18 Et s'il t'a fait quelque tort, ou s'il te doit quelque chose, mets-le sur mon compte. 19 Moi Paul, je l'écris de ma propre main, -je paierai, pour ne pas te dire que tu te dois toi-même à moi. 


20 Oui, frère, que j'obtienne de toi cet avantage, dans le Seigneur; tranquillise mon coeur en Christ. 21 C'est en comptant sur ton obéissance que je t'écris, sachant que tu feras même au delà de ceque je dis. 22 En même temps, prépare-moi un logement, car j'espère vous être rendu, grâce à vos prières. 23 Épaphras, mon compagnon de captivité en Jésus Christ, 24 te salue, ainsi que Marc, Aristarque, Démas, Luc, mes compagnons d'oeuvre. 25 Que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ soit avec votre esprit!».

Repost 0
Salvatore Comisi - dans Epitres
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Salvatore Comisi
  • Le blog de Salvatore Comisi
  • : Poésies, études de la Bible et articles sur tout ce qui concerne à la chrétienté du premier siècle à nos jours
  • Contact

Recherche

Liens