Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 16:05

imagesCAR0BWDTSaintJean.jpg

                            San Jean a Pathmos écrit l'Apocalyps

                   Traduction de l’Italien par Salvatore Comisi

                    http://www.fmboschetto.it/religione/Apocalisse/Apocalisse7.htm 

                     Apocalypse Expliqué en 26 articles 

Article: (6)   Prologue (1 : 1 à 8) Comment lire l'Apocalypse

Comme l'écrit le théologien Giovanni Canfora, il ne fait aucun doute que l'Apocalypse représente le livre le plus difficile de la Bible, que, dans certains passages est tout à fait sombre et mystérieux, même pour les commentateurs les plus experts. Logique que beaucoup de fidèles rencontrent des difficultés dans la lecture de ce grand dernier livre de la Bible, débordant d'images fantaisistes qui n'aident pas à disséquer un message pour l'homme d'aujourd'hui, loin des métaphores et des symboles dans le présent document fait un écran avec une si grande abondance. À cet égard, dit le jésuite Ugo Vanni:

« Il s'agit d'une accumulation de symboles qui ont tous une grande puissance évocatrice, mais que l'on pourrait dire «à l'état brut » Chacun d'eux doit être décodé et traitées. Entre l'un et l'autre, étant donné les grandes discontinuités qui présentent, il y a des espaces vides qu’il est nécessaire que l'interprétation les remplit. Elle exige également que, non seulement un élément symbolique soit interprété, mais que à la fois soit mis à l'écart, laissant l'esprit dans un espace qui accueille un autre matériau.»

Et le Français Dominicain Marie Henri Féret a ajouté: « Nous n'essayons pas de la cohérence dans l’Apocalypse en termes d'images, mais sur les idées et les enseignements qu'ils expriment! »
Pourtant, beaucoup, en particulier dans le fondamentalisme chrétien, ou les Témoins de Jéhovah, assaillent le texte apocalyptique dans les moindres détails, dans l'espoir de déchiffrer la "vraie" signification prophétique, et même d'établir un calendrier de l'avenir. Inutile de dire que c'est un effort que n’est jamais inutile, puisque ce n'est pas le but de Jean.


Comme déjà expliqué, il vise à décrire nos jours, pas notre avenir, il envisage de lancer un message fort et clair d'espoir et de consolation pour les chrétiens persécutés de tous les temps, des victimes de la persécution de Néron aux chrétiens massacrés au cours de ces deux mille ans par des fanatiques, a voulu nous mettre en garde contre la tentation éternelle de renoncer à l'amour de Dieu et du prochain, à perdre la foi et de céder à de fausses idéologies, de faux christs de la dynastie Julio - claudienne jusqu'au temps modernes de l'entreprise de consommation essayant d'usurper l'identité le seul vraie sauveur de l'humanité.
Cela suffit pour nous faire comprendre la pertinence du livre vivant. Mais si le message de l'Apocalypse n'est pas de l'actualité, il est l'artifice de la composition complexe et symbolique, il est donc essentiel de lire l'Apocalypse dans une décision motivée, par le biais de l’exégèse appropriée qui interprète pour nous la structure complexe littéraire mis en place par l'auteur et le sens de termes tels que Armageddon, Abadons et le nombre de la Bête, qui, dans la délicate transition du deuxième au troisième millénaire, avec la résurgence des prophéties millénaristes de nombreuses revendications sont un retour énorme dans une mode inexacte.

Tel est l'objectif de ce hypertexte, fournir des interprétations de ce grand incendie d'images, si fascinants dés la première lecture dans lequel il traite l'étude, de manière à mettre en pratique l'exhortation de l'éternel dans Livre des Proverbes: "Car la sagesse viendra dans ton cœur, et la connaissance fera les délices de ton âme; La réflexion veillera sur toi. L’intelligence te gardera. Pour te délivrer de la voie du mal" (Proverbes 2: 10-12)

imagesCA0N0CMOL-Agneau.jpg

 Le Prologue: (1, 1-8)
Après le titre du livre, représentée par son premier mot (rappelez-vous que "Apocalypse" signifie "Révélation"), est proclamé une

béatitude initiale, dont le sens est clair: les chrétiens ont le devoir d'interpréter et de vivre leur propre histoire non pas en vue de la fin prochaine, mais à la recherche du but au quelle Dieu le conduit. (il en suivront encore cinq autres béatitudes: En Apocalypse 14:13, «Et j'entendis du ciel une voix qui disait: Écris: Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le Seigneur! Oui, dit l'Esprit, afin qu'ils se reposent de leurs travaux, car leurs oeuvres les suivent.»  En Apocalypse 16:15 «Voici, je viens comme un voleur. Heureux celui qui veille, et qui garde ses vêtements, afin qu'il ne marche pas nu et qu'on ne voie pas sa honte!» En Apocalypse 19:9 «Et l'ange me dit: Écris: Heureux ceux qui sont appelés au festin des noces de l'agneau! Et il me dit: Ces paroles sont les véritables paroles de Dieu.»


En Apocalypse 20:6 «Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection! La seconde mort n'a point de pouvoir sur eux; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans ». Et en Apocalypse 22:7 « Et voici, je viens bientôt. -Heureux celui qui garde les paroles de la prophétie de ce livre!». Apocalypse 1:3 « Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites! Car le temps est proche.»

L’Apocalypse entière est configuré comme une lettre, adressée principalement aux sept églises d'Asie ( Les chrétiens sont définis "sacerdotes", cet -à- dire consacré à Dieu (cf. 1 Pierre 1: 2-9),

«2 et qui sont élus selon la prescience de Dieu le Père, par la sanctification de l'Esprit, afin qu'ils deviennent obéissants, et qu'ils participent à l'aspersion du sang de Jésus Christ: que la grâce et la paix vous soient multipliées!

3. Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés, pour une espérance vivante, par la résurrection de Jésus Christ d'entre les morts, 4 pour un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel vous est réservé dans les cieux, 5 à vous qui, par la puissance de Dieu, êtes gardés par la foi pour le salut prêt à être révélé dans les derniers temps! 6. C'est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu'il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par divers épreuves,

7 afin que l'épreuve de votre foi, plus précieuse que l'or périssable (qui cependant est éprouvé par le feu), ait pour résultat la louange, la gloire et l'honneur, lorsque Jésus Christ apparaîtra,

8 lui que vous aimez sans l'avoir vu, en qui vous croyez sans le voir encore, vous réjouissant d'une joie ineffable et glorieuse, 9 parce que vous obtiendrez le salut de vos âmes pour prix de votre foi.»  et l'Église elle-même est appelé "Royaume", évoquant celui de David et de la prophétie du sacerdoce éternel, (voire 2 Samuel 7), soumis à Jésus-Christ et, par conséquent, par extension, pour nous tous. Dans ses lettres d'adieu Jean proclame haut et fort sa foi dans le retour de Jésus, citant Daniel 7:13 -14 et Zacharie 12:10: Daniel 7:13-14 «13 Je regardai pendant mes visions nocturnes, et voici, sur les nuées des cieux arriva quelqu'un de semblable à un fils de l'homme; il s'avança vers l'ancien des jours, et on le fit approcher de lui. 14 On lui donna la domination, la gloire et le règne; et tous les peuples, les nations, et les hommes de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle qui ne passera point, et son règne ne sera jamais détruit.».

 

Zacharie 12 «10 Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem Un esprit de grâce et de supplication, Et ils tourneront les regards vers moi, celui qu'ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, Ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né.».

Apocalypse 1:7 et 8

« 7 Voici, il vient avec les nuées. Et tout oeil le verra, même ceux qui l'ont percé; et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui. Oui. Amen!

8 Je suis l'alpha et l'oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout Puissant. »

Ici, nous voyons maintenant à l’œuvre la figure rhétorique de l’inclusion, très utilisé en hébreu (et cela témoigne de l’origine de l'auteur ). Lorsque l'Ancien Testament utilise l'expression "de Dan à Beersheba» signifie toute la Terre promise en l’enfermant entre son extrémité nord (Dan) et son extrémité sud (Beersheba).

De même, disant: «l'Alpha et l'Oméga", c'est à dire la premières et la dernières lettres de l’alphabet grecque, ce signifie comme de dire que le Christ est la totalité de tout ce qui est, la synthèse de l'univers entier du début à la Enfin, dans le temps et l'espace. Ce n'est pas un hasard que dans 1:17, Christ lui-même est appelé «le Premier et le Dernier": Celui qui est au début de la Création, et celui qui va la sceller à la fin.

Éphèse, Smyrne, Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie et Laodicée), puis par extension à tous les chrétiens de tous les temps, parce que le sept, tout au long de l’œuvre de Jean, est le nombre de la plénitude (7 étaient les corps célestes connus et autant le jours de la Création nécessaire pour faire toutes les choses).

C'est pourquoi ce motif du jugement de Dieu si proche de nous revient souvent dans l'Apocalypse, c'est maintenant l'histoire de l'humanité, du point de vue de Dieu, dans la phase finale, «Car le temps est proche» (des "derniers jours"), le rachat a eu lieu, Jésus-Christ nous a révélé le Père et son dessein sur le monde, maintenant nous avons juste à nous joindre au projet du Seigneur et de vivre dans l'attente de son retour.

imagesCAUUZJJG.jpg

Le premier, le dernier et le Vivant (1: 9-20)

Tous de suite après on entre dans le vif du discours. Triple est le décor du milieu de cette histoire: spatiale, temporelle et spirituelle.

 Spatiale: Jean se trouve relégué dans l'île de Pathmos, une colonie pénitentiaire dans laquelle nous dirons cela plus tard, « à cause de l'Évangile de Dieu et du témoignage » rendu à Jésus: des mots qui laissent peu de doute sur le pourquoi l'Apôtre avait été envoyé sur cette île, au moment de la grande persécution de Domitien.

Temporelle : nous sommes en un jour qui est: ‘’le jour du Seigneur", cet - à - dire, le dimanche, quand déjà les premiers chrétiens se réunissait pour se souvenir de la Pâque du Christ. Apocalypse 1:10a « Je fus ravi en esprit au jour du Seigneur »

 Spirituel : Jean est soudainement tombé dans un état de transe « ravi en esprit », et donc ce qu'il écrit n'est pas le fruit de son imagination, mais est directement révélé par Dieu le protagoniste de l'œuvre elle-même qui lui est apparu et lui parle, la scène est décrite par une symbolique de matrice vétérotestamentaire, pleine de références allégoriques que maintenant on va essayer d'expliquer un par un:

Apocalypse 1:10b « et j'entendis derrière moi une voix forte, comme le son d'une trompette,  [Allusion au son de la trompette de l'Exode 19:19, qui est comparé à la voix puissante de JHWH sur le mont Sinaï, au cours de la théophanie collective qui implique "tout entier le peuple d'Israël]

1:12 « Je me retournai pour connaître quelle était la voix qui me parlait. Et, après m'être retourné, je vis sept chandeliers d'or, » [Le symbolisme est expliqué ci-dessous par l’auteur lui même, dans le verset 20] 1:20 « le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et des sept chandeliers d'or. Les sept étoiles sont les anges des sept Églises, et les sept chandeliers sont les sept Églises

imagesCAX43F5EAnges7Eglises.jpg

1:13a « et, au milieu des sept chandeliers, quelqu'un qui ressemblait à un fils d'homme, » [référence évidente à la Fils de l'homme vu par Daniel dans ses visions de la nuit, un titre qui s'applique à Jésus lui-même. Jésus apparaît ici dans un double rôle dans sa transcendance et son humanité]

1:13b «    vêtu d'une longue robe, [vêtements sacerdotaux] 1:13c et ayant une ceinture d'or sur la poitrine. » [Cadeaux vêtements: Comment Melchisédech, le Christ est Roi et Sacerdote]

1:14a   « Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige; [symbole de l'éternité: pour bien comprendre l'image voir Daniel 7:9] 1:14b « ses yeux étaient comme une flamme de feu; » [symbole de l'omniscience]

1:15a   « ses pieds étaient semblables à de l'airain ardent, comme s'il eût été embrasé dans une fournaise; » [sa domination est sécurisé et ne peut être détruit] 1:15b « et sa voix était comme le bruit de grandes eaux. » [la voix de Dieu au-dessus de toute autre voix, l'image fait référence à Ézéchiel 1:24]

1;16   « Il avait dans sa main droite sept étoiles. [voir aussi dans le verset 20] « Les sept étoiles sont les anges des sept Églises »

1:16a «    De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants; » [avec Sa Parole, Christ juge le monde d'une manière infaillible, l'image fait référence à Isaïe 11:4] «Mais il jugera les pauvres avec équité, Et il prononcera avec droiture sur les malheureux de la terre; Il frappera la terre de sa parole comme d'une verge, Et du souffle de ses lèvres il fera mourir le méchant. »  

1:16b «    et son visage était comme le soleil lorsqu'il brille dans sa force»  [Cette image reprend puissant le récit évangélique de la Transfiguration, dont Jean était un témoin oculaire]
1:17a   Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. [La réaction est la même du prophète Ézéchiel face à la vision inaugurale de son mandat près du canal Kebar : "Quand je l'ai vu, je tombai sur ma face vers le sol »(Ez 1:28)] 

1:17b «    Il posa sur moi sa main droite en disant: Ne crains point! »
[le Christ répond également à Jean que YHWH à Ézéchiel  2:1 et 2. « Il me dit: Fils de l'homme, tiens-toi sur tes pieds, et je te parlerai.
2 Dès qu'il m'eut adressé ces mots, l'esprit entra en moi et me fit tenir sur mes pieds; et j'entendis celui qui me parlait. »
  

1:18 Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J'étais mort; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clefs de la mort et du séjour des morts. [Dans le langage vétérotestamentaire (de l'Ancien Testament), dont l'auteur connais très bien, "posséder les clefs " de quelque chose signifie en avoir en main le contrôle complet. Ici, la référence est à Isaïe 22:22:

«22 Je mettrai sur son épaule la clé de la maison de David: Quand il ouvrira, nul ne fermera; Quand il fermera, nul n'ouvrira.

Apocalypse 1 ; 19 et 20     « 19 Écris donc les choses que tu as vues, et celles qui sont, et celles qui doivent arriver après elles,
20 le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et des sept chandeliers d'or. Les sept étoiles sont les anges des sept Églises, et les sept chandeliers sont les sept Églises.  
 

[Ici est l'explication des candélabres et des étoiles: ce sont les destinataires de la mission universelle confiée par le Christ à Jean. Les Anges sont des personnifications de la protection divine sur ses communautés].

Pour continuer:

(7) Apocalypse: Les lettres aux 7 Églises d’Asie

     Apocalypse Expliqué en 26 articles

Partager cet article

Repost 0

commentaires

dieuceclair 14/10/2012 17:18

La vie ? La métaphore d’un Dieu !


Pour comprendre la vie ou même Dieu il faudrait d’abord se comprendre soi-même !

Hors la vie est un droit qui ne s’acquiert qu’avec le sens du devoir vis à vis de la vie ! Je ne suis pas sûr que l’homme l’ait bien compris ! Ou alors il l’ignore !
Car l’homme se conduit comme si tout lui était dû !

Il est la seule créature vivante qui se soit emparée du droit à l’Etre ! Je ne connais pas un seul homme capable d’admettre l’idée que ce n’est pas toujours lui qui pense ce qu’il pense !

Cette liberté qu’il s’est accordé ne lui laissera jamais aucune chance de pouvoir se déterminer lui-même ! D’ailleurs plus le temps passe et moins il s’en soucie !

Ainsi l’homme victime de ses idées s’est lentement mais sûrement éloigné d’une raison qui n’est pas la sienne !

Tout devient démesuré pour un homme sans mesure !

Comment peut-il affirmer que Dieu est grand puisqu’il ne connaît pas Dieu ! Comment peut-il affirmer que Dieu n’est pas puisqu’il ne se connaît pas lui-même !

Mémento finis clamaient les templiers ! Je crains qu’il ne soit trop tard pour y penser !

Ce n’est pas l’écorce qui tient l’arbre mais le tronc ! Le devoir de l’écorce s’est de nourrir l’arbre pour en devenir le tronc !

L’homme n’est qu’une écorce qui se veut plus solide que le tronc !

Je rêve ! Je rêve ! Je rêverai encore longtemps à ce jour où tout les gars du monde se donneront la main !

Mémento finis !

Ange Paul C. dieuceclair

Présentation

  • : Le blog de Salvatore Comisi
  • Le blog de Salvatore Comisi
  • : Poésies, études de la Bible et articles sur tout ce qui concerne à la chrétienté du premier siècle à nos jours
  • Contact

Recherche

Liens