Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 13:37

                                                    (18) Apocalypse: Harmaguédon, Les premiers trois coupes, encore trois coupes dans religion ApoArmagedon1

                                                           Harmaguédon

Traduction de l’Italien par Salvatore Comisi

  http://www.fmboschetto.it/religione/Apocalisse/Apocalisse7.htm

                                Apocalypse Expliqué en 26 articles  

 

Le contenu de la première coupe, versée sur la Terre, évoque la sixième plaie, celle des ulcères Exode 9:10-11 «Ils prirent de la cendre de fournaise, et se présentèrent devant Pharaon; Moïse la jeta vers le ciel, et elle produisit sur les hommes et sur les animaux des ulcères formés par une éruption de pustules. 11 Les magiciens ne purent paraître devant Moïse, à cause des ulcères; car les ulcères étaient sur les magiciens, comme sur tous les Égyptiens.» 

Apocalypse 16:2 «Le premier alla, et il versa sa coupe sur la terre. Et un ulcère malin et douloureux frappa les hommes qui avaient la marque de la bête et qui adoraient son image.»

 

La deuxième coupe transforme les eau de la mer en sang, et la troisième fait subir le même sort eaux rivières et les sources, comme cela s’était produit au Nil frappé par le bâton de Moïse dans la première plaie:

Exode 7:20-21 «20 Moïse et Aaron firent ce que l’Éternel avait ordonné. Aaron leva la verge, et il frappa les eaux qui étaient dans le fleuve, sous les yeux de Pharaon et sous les yeux de ses serviteurs; et toutes les eaux du fleuve furent changées en sang. 21 Les poissons qui étaient dans le fleuve périrent, le fleuve se corrompit, les Égyptiens ne pouvaient plus boire l’eau du fleuve, et il y eut du sang dans tout le pays d’Égypte. » 

Apocalypse 16:3-4 «3 Le second versa sa coupe dans la mer. Et elle devint du sang, comme celui d’un mort; et tout être vivant mourut, tout ce qui était dans la mer. 4 Le troisième versa sa coupe dans les fleuves et dans les sources d’eaux. Et ils devinrent du sang.»  

Le sang évoque celui versé par les martyrs: les persécuteurs sont repayes par Dieu avec la même monnaie. À ce stade, en fait, comme d’habitude au milieu du septénaire, Jean lui-même en explique sa signification:

Apocalypse 16:5-6 «Et j’entendis l’ange des eaux qui disait: Tu es juste, toi qui es, et qui étais; tu es saint, parce que tu as exercé ce jugement. 6 Car ils ont versé le sang des saints et des prophètes, et tu leur as donné du sang à boire: ils en sont dignes.»

Pour ce qui est de  l’ange des eaux, dans les écrits juifs on trouve souvent les anges, appelés aussi les Vigilants, car ne dorment jamais, attribué par Dieu aux éléments naturels (pluie, grêle, vent, feu, lumière, mouvement des étoiles …): en une époque où la science ne pouvait être distinguée de la théologie, étaient les esprits eux-mêmes responsables de tous les phénomènes naturels. 

34-coppadellira-274x300 dans religion

La cinquième coupe, Apocalypse mozarabique conservée dans la Biblioteca Reale di San Lorenzo, El Escorial           

Trois autres coupe

La quatrième coupe, versée sur le soleil, fais en sort qu’elle réduise en cendre tous les méchants, peut-être une allusion à la troisième (invasion de moustiques), à la quatrième (invasion de grosses mouches) et la cinquième plaie d’Égypte (mort des bêtes), tous les événements sont lié à une été extrêmement chaud et sec:

Apocalypse 16:8. «Le quatrième versa sa coupe sur le soleil. Et il lui fut donné de brûler les hommes par le feu; 9 et les hommes furent brûlés par une grande chaleur, et ils blasphémèrent le nom du Dieu qui a l’autorité sur ces fléaux, et ils ne se repentirent pas pour lui donner gloire.» 

Le cinquième coupe affecte directement l’Empire de la Bête: versée sur son trône, l’enfonce dans les ténèbres, comme dans la neuvième plaie d’Égypte:

Exode 10:22-23 «Moïse étendit sa main vers le ciel; et il y eut d’épaisses ténèbres dans tout le pays d’Égypte, pendant trois jours. 23 On ne se voyait pas les uns les autres, et personne ne se leva de sa place pendant trois jours. Mais il y avait de la lumière dans les lieux où habitaient tous les enfants d’Israël.» 

 

Apocalypse 16:10-11 «Le cinquième versa sa coupe sur le trône de la bête. Et son royaume fut couvert de ténèbres; et les hommes se mordaient la langue de douleur, 11 et ils blasphémèrent le Dieu du ciel, à cause de leurs douleurs et de leurs ulcères, et ils ne se repentirent pas de leurs oeuvres.» 

Selon certains, ce fléau qui a frappé le cœur de l’Empire romain serait un chevauchement entre le second grand incendie de Rome, qui a eu lieu sous le principat de Titus en 81 de notre ère, et l’éruption du Vésuve, que le 24 Août 79 (Mais certains pensent plutôt que soit le 25 Octobre) a rayé de la surface de la Terre Pompéi, Herculanum et Stabies: dans les deux cas, la chaleur (du feu et du magma), a incinérées des milliers de personnes, et une fumée noire s’élevait si haut que a obscurcir le soleil .

 

Mais passons à la sixième coupe, qui est versée sur l’Euphrate: le fleuve s’assèche et les peuples envahisseurs peuvent envahir et faire des raids dans les provinces orientales de l’Empire romain. Il fait sans doute référence à un fait historique bien précis: étant à sec le fleuve qui a marqué les frontières orientales de l’empire, les Parthes et les Scythes purent se propager vers l’ouest:

Apocalypse 16:12. Le sixième versa sa coupe sur le grand fleuve, l’Euphrate. Et son eau tarit, afin que le chemin des rois venant de l’Orient fût préparé. 

La réaction de la trinité satanique est terrible: De même que du sanctuaire dans le ciel sont sortis les sept anges, ainsi de la bouche du dragon, de la Bête et du faux prophète, sortent trois esprits impurs, évidemment démons qui veulent s’opposer aux esprits du ciel, qui ont curieusement forme de grenouilles. Ils rappellent ainsi le second fléau d’Égypte: Exode 8:1-2  «1. (7:26) L’Éternel dit à Moïse: Va vers Pharaon, et tu lui diras: Ainsi parle l’Éternel: Laisse aller mon peuple, afin qu’il me serve. 2 (7:27) Si tu refuses de le laisser aller, je vais frapper par des grenouilles toute l’étendue de ton pays.»

Apocalypse 16:13-14 «13 Et je vis sortir de la bouche du dragon, et de la bouche de la bête, et de la bouche du faux prophète, trois esprits impurs, semblables à des grenouilles. 14 Car ce sont des esprits de démons, qui font des prodiges, et qui vont vers les rois de toute la terre, afin de les rassembler pour le combat du grand jour du Dieu tout puissant.» 

À noter que la grenouille, comme les autres animaux que nous considérons maintenant délicieux et bons à manger, était considérée comme impure par les juifs pratiquants, et à juste titre peut incarner un mauvais esprit: 

Le verset 15 semble hors de son contexte:

C’est probablement l’insertion d’un copiste qui, devant la vision terrible des trois mauvais esprits avec le corps des grenouilles, a ajouté l’avertissement à être vigilants toujours, craignant l’arrivée du Seigneur comme il est à craindre un voyeur qui nous espionne dans la maison. Mais sans doute à déclencher la réaction effrayée du copiste inconnu contribue également le mot terrifiant qui se trouve dans le verset 16: «Ils les rassemblèrent dans le lieu appelé en hébreu Harmaguédon.»  

Harmaguédon

Certes, est ce-ci un des mots les plus évocateurs de tout le Livre de l’Apocalypse, qui a également donné le titre d’un célèbre films catastrophique du réalisateur Michael Bay (1998), dans laquelle la lutte a été menée contre une météorite géante, déterminé à détruire la Terre.
Mais quelle est sa signification? « Har Meghiddohn » en hébreu (ce qui témoigne des origines juives de l’auteur de l’Apocalypse) signifie «montagne de Megiddo», et Megiddo est une ville de Galilée, dans la plaine d’Esdrelon, au pied du Mont -Carmel, reportée à la lumière par les archéologues.

Ici le 16 Avril 1457 Avant J C (Selon d’autres en 1479 ) le pharaon Thoutmosis III a combattu une bataille décisive qui lui a permis de saisir l’ensemble de la Palestine, le premier dans l’histoire dont nous avons le rapport complet, rédigé par le scribe de Pharaon. Mais, avant tout, en 609 avant JC Il a été livré la bataille dans laquelle, selon 2 Rois 23:29-30, il est mort le pieux Josias, le dernier grand roi de Juda, dont nous avons déjà parlé dans l’hypertexte dédié aux livres historiques de la Bible.

35-Armageddon-213x300

Le contexte historique est la suivante. En 612 avant J.-C. le roi des Mèdes Cyaxare et le roi de Babylone Nabopolassar ont conquis Ninive, la capitale de l’empire assyrien, et ainsi le Pharaon Néchao II (610-595 avant J.-C.), voulant contraster la domination babylonienne sur la Mésopotamie, qui aurais également menacé l’Égypte, il est entré en guerre contre eux.

Pour rejoindre la Mésopotamie il devait traverser le royaume de Juda, mais Josias, lui a barré la route avec ses troupes. Pourquoi? Le roi de Juda, était célèbre pour sa réforme religieuse qui a éliminé de toute la Judée les traces du paganisme, il ne savait pas faire des calculs politiques: pour lui, les Assyriens étaient et sont restés des ennemis mortels qui avaient détruit la Samarie, et le royaume d’Israël, et alors il a essayé d’arrêter Néchao pour qu’il ne puisse pas porter secours aux Assyriens.

Bien sûr, le pauvre Josias a était submergé par les armées d’Égypte et mourut dans la bataille tout juste près de Megiddo, de sorte que ce lieu est devenu symbole de défaite et ruine pour le Peuple de Dieu, ainsi que de douleur et souffrance pour la perte d’un roi loué par tous tel qu’il était Josias, 

Il est également possible que la référence à Megiddo soit due à un événement beaucoup plus proche dans le temps à la composition de l’Apocalypse: car il semble que l’armée romaine c’est recueillie directement à Megiddo en l’an 67, pendant les manœuvres pour écraser le soulèvement juif.

Il n’est donc pas étonnant que, identifiant dans ce lieu évocateur le rassemblement des armées du bien et du mal en vue de la bataille eschatologique qui précède le Jugement Dernier, Jean aurait fait allusion à un événement duquel il a été témoin, ou alors q’il avait connu des témoins oculaires. Si cela est effectivement le cas, apparaisse correcte l’interprétation selon la quel la septième coupe de la colère de Dieu se réfère à des événements qui ont conduit à la destruction de Jérusalem en 70 après JC Voici le texte: 

Apocalypse 16:17-21 «16 Ils les rassemblèrent dans le lieu appelé en hébreu Harmaguédon. 17. Le septième versa sa coupe dans l’air. Et il sortit du temple, du trône, une voix forte qui disait: C’en est fait! 18 Et il y eut des éclairs, des voix, des tonnerres, et un grand tremblement de terre, tel qu’il n’y avait jamais eu depuis que l’homme est sur la terre, un aussi grand tremblement. 19 Et la grande ville fut divisée en trois parties, et les villes des nations tombèrent, et Dieu, se souvint de Babylone la grande, pour lui donner la coupe du vin de son ardente colère. 20 Et toutes les îles s’enfuirent, et les montagnes ne furent pas retrouvées. 21 Et une grosse grêle, dont les grêlons pesaient un talent, tomba du ciel sur les hommes; et les hommes blasphémèrent Dieu, à cause du fléau de la grêle, parce que ce fléau était très grand. »  Apocalypse 16:17-21

La description est clairement hyperbolique: chaque grêlon pesait un talent, cet à dire environ un demi- quintal; les îles naufrage et vont au fond de la mer, les montagnes se fondent comme neige au soleil, et un tremblement de terre dévaste chaque œuvre créée par l’homme. Vraisemblablement, l’auteur montre avenue sur Rome, «la grande ville« , une version amplifiée et dévastatrice de la destruction de la ville sainte par les troupes de Titus. 

Même alors, la ville a été pratiquement rasée au sol, comme par un tremblement de terre, et le fait que la destruction de Babylone / Rome est effectuée par des catastrophes naturelles signifie que le régisseur de la dévastation est le Seigneur, qui fais boire à l’Empire du Mal toute la coupe de sa colère jusqu’à la lie.

Pour rester dans le même thème du parallèle mosaïque dont nous en avons discuté ci-dessus, à Rome touche le même sort de Pharaon, dont les troupes n’ont pas été emportés par une armée ennemie, mais par la fureur de la mer, seulement que dans l’Apocalypse la violence à l’égard de adeptes de la Bête est pratiquement au centuple.

Mais méfiez-vous. Ici, comme nous connaissons le style coloré de Saint-Jean, tout parsemé de références bibliques et des images prises à partir d’autres apocalypses de son temps, on est averti de ne pas prendre à la lettre les éléments de la description, comme le font les Témoins de Jéhovah ; 

L’auteur n’est pas en train de faire une chronique de la Fin des Temps ainsi qu’un commentateur sportif ferait une chronique d’un match de football. Plutôt que de se perdre dans les détails, parfois obscures et énigmatiques, du message prophétique, ceux qui lisent le Livre de l’Apocalypse de notre temps ne doivent jamais perdre de vue l’enseignement très clair que en résulte de la page du septénaire des coupes, qui est la suivante: la fierté humaine de un empire politique terrain, comme celui de la Rome païenne, cherche en vain à établir une domination durable, permanent, un état -culte usurpateur des droits fondamentaux du citoyen et du croyant, qui dure pour toujours, éternellement, comme rêvé par O’Brien, dans le «méchant» du roman « 1984 « de George Orwell.

La justice divine, lorsque la mesure sera rempli, tombera écrasante infailliblement, écrasant même l’Empire que les hommes croient plus solide et impérissable!

 

Pour assister à quelle fin feront selon Jean la superbe des puissances de ce monde, cliquez ci-dessous et accédez à la page suivante.

 

(19) Apocalypse: La chute de Babylone, Le symbolisme de la Bête 

 

                    Apocalypse Expliqué en 26 articles  

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Salvatore Comisi
  • Le blog de Salvatore Comisi
  • : Poésies, études de la Bible et articles sur tout ce qui concerne à la chrétienté du premier siècle à nos jours
  • Contact

Recherche

Liens