Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 14:22

                         (17) L'homme sur la Nuée, le Premier et le second Septénaire des Anges dans religion Apocaliosse191 

                  Traduction de l’Italien par Salvatore Comisi

     http://www.fmboschetto.it/religione/Apocalisse/Apocalisse7.htm

 

                          Apocalypse Expliqué en 26 articles 

 

                                    L’homme sur la Nuée

Et maintenant, à donner accomplissement eaux paroles de ses anges, Jésus-Christ apparaît en personne, comme un Fils de l’homme (voir Daniel 7:13), sur un nuage blanc dans le ciel, avec une couronne d’or sur sa tête (donc, dans la splendeur de sa Majesté), et une faucille tranchante dans sa main. De cette manière, il donne accomplissement à ses propres paroles, que Jean doit avoir entendu d’innombrables fois de ses propres oreilles:

Mathieu 24:30 «30 Alors le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire.»

Marc 13:26-27 «Alors on verra le Fils de l’homme venant sur les nuées avec une grande puissance et avec gloire. 27 Alors il enverra les anges, et il rassemblera les élus des quatre vents, de l’extrémité de la terre jusqu’à l’extrémité du ciel.» 

À propos de la blancheur du nuage, il est intéressant d’apporter une autre citation de Pierre Citati de « La Lumière de la Nuit »:

 

«Je pense que dans toute la littérature n’existe pas, y compris Dante en un des derniers chants du « Purgatoire », un livre plus blanc de l’Apocalypse: un blanc incandescent à force d’être trempés et couvert surtout de lumière, les cheveux blancs du Christ, des corps et des vêtements transfigurée, des liturgies cosmique, des ultimes profondeurs des cieux, de la purification et de la victoire: blanc dont aucune peinture humaine, même le plus lumineux mosaïque du début de la chrétienté ou la plus radieuse icône, peut réussir à nous en transmettre la mémoire.»

Le Christ a dans sa main une faux, avec la quel il va accomplir une œuvre de moissonnage et de vendange. Ces deux actions, typique d’une culture rurale comme celle juive, apparaissent déjà dans l’Ancien Testament et le Nouveau sous forme d’images du jugement divin. Ce thème revient en fait dans la célèbre parabole de l’ivraie (Matthieu 13:24-30), Ésaïe 63:3 et Joël 4:13 décrivent le jugement même avec la métaphore, certes très efficace, dans l’écrasement des raisins, reprise dans le verset 20:

 

Joël 3: 13 Saisissez la faucille, Car la moisson est mûre! Venez, foulez, Car le pressoir est plein, Les cuves regorgent! Car grande est leur méchanceté, 

Apocalypse 14: 16-20 « Et celui qui était assis sur la nuée jeta sa faucille sur la terre. Et la terre fut moissonnée. 17 Et un autre ange sortit du temple qui est dans le ciel, ayant, lui aussi, une faucille tranchante. 18 Et un autre ange, qui avait autorité sur le feu, sortit de l’autel, et s’adressa d’une voix forte à celui qui avait la faucille tranchante, disant: Lance ta faucille tranchante, et vendange les grappes de la vigne de la terre; car les raisins de la terre sont mûrs. 19 Et l’ange jeta sa faucille sur la terre. Et il vendangea la vigne de la terre, et jeta la vendange dans la grande cuve de la colère de Dieu. 20 Et la cuve fut foulée hors de la ville; et du sang sortit de la cuve, jusqu’aux mors des chevaux, sur une étendue de mille six cents stades. » Apocalypse 14:16-20 

 

Mille six cent stades est une mesure considérable, énorme, ce qui équivaut à environ 300 km, ce qui donne au jugement divin une dimension hyperbolique. La cuve est placée à l’extérieur de la ville, c’est à dire en dehors des murs de Jérusalem, et ce qui en sort, c’est le sang des pécheurs, signe ceci de une punition très sévère de la Ville Sainte, qui fait probablement allusion à la destruction par Titus en 70 après JC. Au blanc de la nuage prend ainsi le relais une autre terrible couleur, l’écarlate du sang qui se répand énorme aux alentour par centaines de miles.

Ce sombre tableau, tout en soulignant la propagation extrême du mal et la punition tout aussi extrême lancé par le Christ, évoque la complète dévastation de la Palestine par les armées romaines, dévastation que les Juifs contemporains (y compris le même Saint-Jean) l’ont sentie comme une catastrophe nationale, et comme signal de la fin d’une époque, dont selon certains préludait à la fin de l’univers tout entier.

 

« Pendant que dans le ciel continuent à rayonner les images incandescents de la blancheur», continue Pietro Citati, «l’Apocalypse devient le livre de la vengeance de Dieu. Toute la violence des prophètes bibliques se concentre et se condense, et rien ne semble apaiser le geste toujours réalisé, toujours imminent qui descend d’en haut. Christ, que nous avions contemplé avec des cheveux blancs de lumière et candide comme l’agneau, est maintenant le Jahvé d’Isaïe, le Seigneur justicier, avec les vêtements rouges de sang humain. 

Verse sur la tête le calice dans lequel se recueil le vin de la fureur de Dieu, le vin qui enivre et qui rend fou, comme le vin de Babylone. Puis faucille les raisins mûrs de la vigne sur la terre, les jette dans la grande cuve de la colère de Dieu, et les presse avec ses pieds. Ce raisin est la chair des hommes, et le sang sort de la cuve, qui tache sa robe blanche candide, sort dans la plaine, se dresse jusqu’à la bride des chevaux, en transformant la terre en un lac écarlate. »

Le première septénaire des Anges 

Comme vous avez pu le constater pendant la lecture de ce chapitre, nous avons eu comme un défilé de sept anges, et sans doute ce septénaire d’anges n’est que un septénaire de présentation du jugement de Dieu, clairement en parallèle, selon les intentions de l’auteur, avec le septénaire des sceaux dans la première section prophétique du livre .

Par conséquent, il n’est qu’un prélude littéraires au septénaire des anges avec les coupes qui constitue, comme déjà celui des sept trompettes, la véritable exécution des jugements de Dieu sur la Bête politique hostiles au Christ et à son Église, alors incarnée dans l’Empire romain.

Cependant, l’auteur n’a pas utilisé un telle prélude littéraire pour faire étalage de pure imagination et de habileté artistique, mais pour nous donner encore une fois la mesure de l’irréversible Jugement de Dieu : 

-Le premier ange proclame la majesté de Dieu et de l’inévitabilité du jugement divin;

-Le deuxième le proclame avenu, tellement la chose est certaine;

-Le troisième annonce la damnation éternelle pour ceux qui adorent la Bête;

Le quatrième annonce la béatitude éternelle pour les fidèles de Jésus;

les trois dernières illustrent la justice divine par le moyen des classiques images bibliques de la récolte et de la vendange. 

En bref, Jean veut nous inviter à faire en sorte que la certitude du jugement de Dieu est toujours présent dans notre pensée, certainement pas pour nous paralyser dans un terrible cauchemar, mais pour nous encourager à agir sans relâche pour la gloire de Dieu et le bien de l’humanité. Jésus-Christ qui vient sur le nuage blanc, et conduit en furie la faucille aiguisée, ce n’est pas une vision qui devrait nous effrayer: le nuage blanc est, au faits, le symbole de la gloire céleste et la paix des enfants de Dieu.

Cet élément symbolique de la couleur blanche est fréquent dans l’Apocalypse, et semble certainement de bon augure pour ceux qui gardent et observent la Parole de Dieu.

         33-angeli_Anagni-300x268 dans religion

Les Anges de l’Apocalypse, affreschi de la crypta de la cathédrale di Anagni, environ 1230

Le second Septénaire des Anges 

Après la vision de préparation, nous voila maintenant à la vision de exécution des punition de Dieu sur la Rome païenne qui persécute l’Église, avant avec Néron et puis avec Domitien. La description symbolique que Jean fait de ces peines, est divisée en deux parties, mais ils sont deux moments d’art, et non pas deux moments chronologiquement successives et distincts.

Tout, au fait, adviens et se termine avec le Septénaire des Anges avec les fléaux des Coupes, et si, après, à la fin du septénaire, on passe à la description de Rome / Babylone, cela il ne doit pas nous être trompeuse, puisque cela il est placé à ce moment-là, juste pour rendre plus lugubre la lamentation sur la ruine, la destruction de la prostituée qui suit immédiatement après. 

Apocalypse 15:1-4 «1. Puis je vis dans le ciel un autre signe, grand et admirable: sept anges, qui tenaient sept fléaux, les derniers, car par eux s’accomplit la colère de Dieu. 2 Et je vis comme une mer de verre, mêlée de feu, et ceux qui avaient vaincu la bête, et son image, et le nombre de son nom, debout sur la mer de verre, ayant des harpes de Dieu. 3 Et ils chantent le cantique de Moïse, le serviteur de Dieu, et le cantique de l’agneau, en disant: Tes oeuvres sont grandes et admirables, Seigneur Dieu tout puissant! Tes voies sont justes et véritables, roi des nations! 4 Qui ne craindrait, Seigneur, et ne glorifierait ton nom? Car seul Tu es saint. Et toutes les nations viendront, et se prosterneront devant toi, parce que tes jugements ont été manifestés.»  Ap 15:1-4  

Tout, comme on peut le voire, est dominée par la mémoire de Moïse et l’Exode d’Égypte: la mer de cristal, mêlée de feu est une allusion probable à la mer Rouge, parce que les justes sont debout sur celle-ci (le «mélangé au feu, » évoque les torches humaines des martyres chrétiens allumé par Néron pour illuminer Rome la nuit). Et parce que après avoir passé la mer Rouge, Moïse et Myriam sa sœur, ont élevé un chante de triomphe, qui est parmi les plus anciennes pages de la Bible qui ont été mis par écrit (Exode 15:1-21).

Voire: Tacito e la persecuzione dei cristiani Tacite écrit: «Et leur furent également ajouté des insultes à ridiculiser ceux qui étaient destinés à mourir, qui, avec le dos couvert de bêtes sauvages, meurent déchiré par les chiens, ou qui ont été crucifiés ou brûlés, et au coucher du soleil, utilisé comme des torches dans la nuit.»

 

Même ici, les juste chantent un hymne de libération (le cantique de Moïse) et un de glorification de l’Agneau, présenté comme un nouveau Moïse, qui conduit le Nouveau Peuple de Dieu, qui a remporté la victoire sur la Bête, à travers une mer nouvelle, symbole des persécutions, bien sûr. L’hymne est tout parsemé d’anciennes citations du Vieux Testament (Psaume 111:2, Psaume 139:14, Amos 4:13, Deutéronome 32:4, Psaume 145:17, Jérémie 10:7, Psaume 86:9 ), et est certainement à compter parmi les chefs-d’œuvre poétiques du Nouveau Testament.

Et puis, comme cela s’est produit avant le grand signe de la femme revêtue de soleil, s’ouvre de nouveau le Sanctuaire dans le Ciel, et réapparaît dans la tente du témoignage, cet à dire celle qui est, au dessous sur laquelle l’Arche voyageait dans le désert (une autre citation de la libération Mosaïque de l’Égypte, donc): signe qui est sur le point de se réaliser un autre événement historique.

Du Temple Céleste, symbole de la transcendance divine, sortent sept anges, qui ne sont rien d‘autre que les exécuteurs de la volonté de Dieu, comme émanations de Sa toute-puissance. 

Réfléchissons à l’histoire du buisson ardent:

Exode 3:1-4  «1. Moïse faisait paître le troupeau de Jéthro, son beau-père, sacrificateur de Madian; et il mena le troupeau derrière le désert, et vint à la montagne de Dieu, à Horeb. 2 L’ange de l’Éternel lui apparut dans une flamme de feu, au milieu d’un buisson. Moïse regarda; et voici, le buisson était tout en feu, et le buisson ne se consumait point. 3 Moïse dit: Je veux me détourner pour voir quelle est cette grande vision, et pourquoi le buisson ne se consume point. 4 L’Éternel vit qu’il se détournait pour voir; et Dieu l’appela du milieu du buisson, et dit: Moïse! Moïse! Et il répondit: Me voici! » 

Comme on le vois bien, c’est l’Ange du Seigneur qui apparaît dans le buisson, mais c’est Dieu lui-même qui l’appelle. Dans le Pentateuque l’Ange ne se distingue pas du Seigneur, qui est comme une extraversion, va de même le même discours pour les trois hommes qui apparaissent à Abraham dans la Genèse 18, souvent présenté comme trois anges, mais dont un parle avec Abraham, comme s’il était Dieu Lui-même; le Seigneur veut aller voir de personne si à Sodome on commet un péché aussi grave, mais dans la ville entrent ses deux anges.

 

Seulement à l’époque hellénistique (voir les livres de Tobie et de Macchabées) est conçu comme une personne distincte. Trace de cette identification entre Dieu et Ses anges reste précisément dans ces anges sortant du tabernacle, cet à dire du signe même de la Shekinah, la Présence Divine. Ils sont habillés de lin brillants et ils sont ceint autour de la poitrine de ceintures d’or, de manière à rappeler le Christ apparut en vision à Jean dans le premier chapitre de l’Apocalypse: l’identification continue.

Apocalypse 15:7 «Et l’un des quatre êtres vivants donna aux sept anges sept coupes d’or, pleines de la colère du Dieu qui vit aux siècles des siècle»

Apocalypse 16: 1. «Et j’entendis une voix forte qui venait du temple, et qui disait aux sept anges: Allez, et versez sur la terre les sept coupes de la colère de Dieu.» 

Le mot grec pleghè, «signifie fléau», indique littéralement un coup extrêmement violent, tel à infliger des blessures graves. Poursuivant le parallèle avec l’aventure de Moïse qui caractérise toute cette partie de l’Apocalypse, les sept plaies évoquent sept des dix plaies d’Égypte, le nombre sept, comme d’habitude, évoque la plénitude et la définitivité. Les flagelles sont en fait appelé « dernier », car avec eux la sévérité du châtiment atteint son point culminant.

Pour continuer, il vous est proposé de cliquez ci-dessous et accédez à la page suivante. Bonne lecture!   

(18) Apocalypse: Harmaguédon, Les premiers trois coupes, encore trois coupes  

                        Apocalypse Expliqué en 26 articles

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Salvatore Comisi
  • Le blog de Salvatore Comisi
  • : Poésies, études de la Bible et articles sur tout ce qui concerne à la chrétienté du premier siècle à nos jours
  • Contact

Recherche

Liens