Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 14:51

                 (14) Apocalypse: La Femme habillée de soleil, Le Dragon, L'Arc Ange Michel dans religion 24-ladonnaeildrago-300x300

Agostino Comerio, la femme et le Dragon, affresco del 1824 dans le Santuaire de la Madonna della Bocciola, Ameno (NOVARA)

                    Traduction de l’Italien par Salvatore Comisi

      http://www.fmboschetto.it/religione/Apocalisse/Apocalisse7.htm

 

                           Apocalypse Expliqué en 26 articles  

La Femme habillée de soleil

Chez la femme enceinte qui donne naissance à un enfant « destiné à gouverner toutes les nations avec un sceptre de fer », lequel vient « tout de suite enlevé vers Dieu et vers son trône » pour le sauver du monstre qui fait rage contre lui et contre sa mère, La tradition a naturellement identifié Marie, la Mère du Christ, qui depuis a été traditionnellement représenté dans l’art avec une couronne de douze étoiles, la lune sous ses pieds et la robe resplendissante.

Toutefois, sans doute Jean, décrivant cette vision extraordinaire, pensait plutôt à l’Église, cet à dire au peuple de Dieu de l’Ancien Testament qui nous donne Jésus-Christ et devient le peuple de Dieu du Nouveau Testament, alias l’Église chrétienne, qui lutte avec Satan, afin de rester fidèle à Dieu, étant par Lui toujours sauvée. L’accouchement douloureux ne peut que rappeler les souffrances de la Passion du Christ. 

Cependant, nous ne devons pas oublier que Marie après la mort et la résurrection du Christ a été confiée à Jean, et n’est donc pas impossible qu’il pensait simplement à la Mère de Jésus, quand il a esquissé cette image idéale. Après tout, même Marie s’enfuit en Égypte pour échapper à la persécution d’Hérode le Grand, un événement qu’elle a dû raconter à plusieurs reprises à Jean, et voila que la femme revêtue de soleil s’en échappe justement dans le désert pour échapper au dragon, en y restant 1260 jours, soit les trois ans et demi, par nous rencontré précédemment: chiffre symbolique, celle-ci, pour indiquer le temps de la persécution de l’Église, cet à dire toute la durée de l’histoire de l’Église militante.

Il pourrait être, fait les calculs, la durée effective du séjour de la Sainte Famille en Égypte, mais, coïncidant avec trois ans et demi, soit la moitié de sept, cependant, indique une période de temps inachevée, faisant remarquer que l’apparente victoire du Dragon sur elle n’est que temporaire, et seulement prélude à l’ultime défaite du monstre.

 

Dans tous les cas, la vision contient de nombreuses références bibliques: la femme est sans doute inspirée à la Vierge Mère du Messie dans Esaïe 66:7-14, ainsi que à la prophétie de Genèse 3:15, «vêtue de soleil» dans le langage biblique indique beauté surhumaine, et « douze étoiles », comme d’habitude, font allusion aux douze tribus d’Israël et les douze apôtres sur lesquels l’Église est fondée. Ces douze étoiles sont finis sur le drapeau de l’Union européenne, dont le concepteur, Arsène Heitz français, a déclaré qu’ils pensait justement à cette page de l’Apocalypse quand il a conçu la bannière!

Le Dragon 

Quant au dragon, contrairement à la croyance populaire, il n’est pas une invention du Moyen Age: mais il est partie intégrante de la mythologie juive, qui considérait la mer ouverte grouillant de monstres effrayants. Pour les Juifs, un peuple de bergers du désert et pas du tout habitués à la navigation, la mer est un symbole du mal, du Chaos, de tout ce qui est hostile à Dieu (ce n’est pas par hasard que ce sont les eaux, et pas le feu, à provoquer le déluge de Noé, transformant le cosmos dans le chaos).

Ces monstres sont la personnification de ce trouble rugissant et destructeur, probablement sur le modèle de la figure de Tiamat, le dragon de la mythologie babylonienne qui représentait les eaux de l’océan, et qui a été détruit par Mardouk et utilisé pour construire le cosmos. Dans la Bible, sont appelés par des noms divers: Raab (Isaïe 51:9), Léviathan (Psaume 74:14), Béhémoth (Job 40: 15-24). 

25-PlateaudAssy-300x180 dans religion

Jean Lurçat, La Femme et le Dragon, abside de l’Église di Notre-Dame De Toute Grâce, Plateau d’Assy (France), 1948

Plus précisément, le dragon de Jean se réfère au même monstre de Daniel 7:7, mais son importance va au-delà d’un banal identification avec Satan, et il s’inscrit décidément dans le quotidien de l’apôtre Jean. En effet, il est d’avis unanime que derrière le dragon rouge sang se cache rien d‘autre que la puissance de Rome.

En fait, il est rouge comme les étendards de Rome avec l’inscription SPQR, a sept têtes, comme il y a sept collines sur lesquelles se dresse la ville éternelle, et chaque tête a une couronne, pour confirmer l’autorité royale terrestre, et sur les têtes sont comptés dix cornes (comme a dit un de mes élèves, trois chefs ont deux cornes et quatre en ont qu’un!). Il semble possible d’identifier ces cornes avec les souverains qui ont régné l’empire romain jusqu’à l’époque de la composition de l’Apocalypse:

Jules César (mort en 44 av. JC, n’a jamais pris le titre impérial, mais il est considéré comme le fondateur de la Principauté)

Augusto (27 av. JC.-14 après JC.), c’est sous sa principauté que le Christ est né;

Tiberio (14-37), sous sa principauté le Christ a été mis à mort;

Caligola (37-41), on s’en souvient seulement pour ses folies;

Claudio (41-54), qui, selon Svétone a expulsé les Juifs de Rome « instigateur Chresto », c.- à- cause des querelles entre les Juifs et les Chrétiens;

Nerone (54-68), auteur de la première persécution sanglante;

Galba, Otone e Vitellio, qui ont régnés pendant quelques mois au cours de l’anarchie militaire de 68-69;

et Domiziano (81-94), ), auteur de la deuxième grande persécution et en charge au moment de la composition de l’Apocalypse.

 

Veuillez noter qu’il manque Vespasien (69-79) et Titus (79-81), père et frère de Domitien, pour deux raisons. Tout d’abord, parce qu’ils n’on pas persécuté l’Église au cours de leur principauté, mais au contraire ils réalisent l’accomplissement des prophéties de Jésus-Christ en détruisant Jérusalem, et d’autre part parce que avec leurs cornes ils allait devenir douze, autant que les étoiles de la couronne de la femme, et ceci manifestement n’était pas admissible.

Cela dit, il convient de noter que, avec ses symboles de valeur universelle, le travail de Saint-Jean va au-delà des limites chronologiques de l’Empire romain: ce qu’il prêche contre cela s’applique à tous les empires politique des événements à venir qui combattra le Christ par l’établissement de l’état -culte, jusque à arriver à des dictatures terribles qui ont ensanglanté le XXe siècle, comme bien a compris le film « Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse » que nous avons mentionné dans un chapitre précédent.

L’interprétation «politique» du dragon est également soutenue par le fait qu’il déclenche immédiatement une guerre atroce contre les puissances célestes, de même que Rome était perpétuellement en guerre avec les peuples voisins (même pendant la « Pax Auguste » soi-disant, les limites ont été poussés jusque au Danube):

Apocalypse 12:7-9  «Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, 8 mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel. 9 Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui.» Apocalypse 12:7-9 

L’Archange Michel 

La bataille furieuse a été menée par l’archange Michel, le protecteur traditionnel du peuple juif et donc aussi de l’Église, qui au fait il est toujours représenté avec une épée à la main, l’acte d’écraser le diable sous les pieds.

Et maintenant, l’adversaire (tel est en hébraïque le sens de «Satan») il est appelé par son nom sans ambivalence: il est le « serpent ancien », celui de Genèse 3:14 qui a convaincu Ève à commettre la faute originelle; est le «diable», du grec «celui qui divise », qui met les hommes les uns contre les autres, il est le séducteur, celui qui incite les hommes à faire du mal après qu’il s’est présenté à eux avec la peau de l’agneau sur lui, parce que nous devons toujours nous rappeler, comme le dit mon collègue professeur de philosophie, que l’Antéchrist n’est pas simplement le mal, mais le mal qui se fait passer pour le bien.

Immédiatement après on ajouté un autre titre: l’accusateur, qui nous montre le diable dans son rôle de procureur dans le procès intenté contre l’âme humaine, est à ce titre qu’il est présenté dans le Livre de Job, dans «l’acte d’accuser ce dernier devant Dieu d’être pieux seulement parce que Dieu lui a donné une grande richesse.
Notez que en Ap.12:4 est dit que « Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre » : dans le sillage de Jude 6 et de 2 Pierre 2:4 est une allusion probable à la tombée des anges rebelles, précipite dans l’abîme par Michael, un thème cher à la littérature apocalyptique juive, au point d’être au centre du Livre apocryphe d’Énoch «des Veilleurs.»

              imagesCAWHNP4SMichele-sottometteSatana

Guido Reni, San Michael a vaincu Satana (1635), église de Sainte Maria de la Conception, Rome

À ce stade, les images fantasmagoriques se chevauchent comme dans un conte fantastique: le dragon se jette contre la Femme, symbole de la persécution éternelle à laquelle il est soumis l’Église du Christ, mais lui sont donnée: (Ap. 12:14) «14 Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu’elle s’envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d’un temps, loin de la face du serpent.» 

Le désert est le refuge traditionnel des persécutés: Israël fuit dans le désert, poursuivi par Pharaon, Élie s’enfuit dans le désert pour échapper à la colère de Jézabel, et même l’enfant Jésus fui à travers le désert en Égypte pour échapper à Hérode. Dans le désert la femme y restera trois ans et demi, c’est à dire les 1260 jours habituels, symbole récurrent de la victoire, seul temporaire, du malin.

Mais le dragon n’est pas satisfait et tente de submerger la femme avec un jet d’eau craché de sa bouche: comme nous l’avons vu, l’eau impétueuse est symbole du mal et de la mort. Mais la terre elle-même se déchire et avalé l’eau crachée par le serpent. Ainsi est manqué toute attaque contre elle: Apocalypse 12:17 «17 Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s’en alla faire la guerre au restes de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus.». 

 

Voici à nouveau la mer, symbole du mal et du désordre. Cela signifie que la persécution qui a frappé le Christ s’étend le long de l’arc de l’histoire à tous les chrétiens, fidèles à l’Évangile du Christ, et que le dragon guette, toujours affamés d’âmes. Mais, comme rappelé par l’hymne placé au centre du chapitre, Ap. 12:12 «Malheur à la terre et à la mer! car le diable est descendu vers vous, animé d’une grande colère, sachant qu’il a peu de temps.» 

Le bien, et non le mal, aura le dernier mot, et le temps où le diable va faire rage sur les hommes, bien que long, est de toute façon fini.
Jésus-Christ par sa Passion et sa mort a vaincu Satan définitivement et a donné de la sécurité à l’Église qui croit et espère en lui. Il s’agit certainement d’un message d’espoir pour tant de chrétiens effrayés par la persécution de Domitien, l’un des cornes du grand dragon.
Mais le Dragon, malheureusement, est en bonne compagnie.

 

Pour découvrir de qui, et continuer le voyage. cliquez ci-dessous et accédez à la page suivante. Bonne lecture!

 

(15) Apocalypse: La trinité diabolique, La Bête de la Mer 

                                   Apocalypse Expliqué en 26 articles 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Salvatore Comisi
  • Le blog de Salvatore Comisi
  • : Poésies, études de la Bible et articles sur tout ce qui concerne à la chrétienté du premier siècle à nos jours
  • Contact

Recherche

Liens