Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 10:24
Samaritains, que reste-t-il de ce peuple de la Bible?

 

Benedetto Bellesi Samaritani: pochi, ma «buoni»     

Traduction de l’italien de Salvatore Comisi

Phénomène tout à fait unique, les Samaritains ont survécu en tant qu'entité distincte ethnique et religieuse des difficultés et des persécutions séculaires, leur nombre peut paraître insignifiant, leurs traditions semblent plus des attractions touristiques que les expressions de la foi, mais ils ont une ambition forte: pour combler le conflit israélo-palestinien ... Même si, pour survivre, ils ont besoin de paix surtout.

«Nous sommes la plus ancienne et la plus petite nation dans le monde et secte religieuse. Pour ces raisons et d'autres primautes pourraient entrer dans de nombreuses pages du Livre Guinness des Records - dit Husney W. Kohen, fondateur et directeur du Musée des Samaritains à Kiryat Luza, un village situé sur la crête du mont Garizim -. Il ya trois mille ans, les Samaritains étaient 3 millions, au Moyen Age il y en avait un million et 200 mille en 1917 seulement 146 personnes ont été recencés. Aujourd'hui, il y en a 729 (1 Janvier 2010), dont la moitié vit sur le mont Garizim, et le reste à Holon près de Tel Aviv ".

Élégant dans sa longue robe grise, 66 ans, Husney Kohen est présenté comme l'un des 12 prêtres et gardiens de la foi des Samaritains, en insistant sur sa lignée, explique l'arbre généalogique: «Depuis Adam jusqu'à moi, il ya 162 générations d'Aaron, frère de Moïse, 132 générations. "
LES ORIGINES
«Nous avons aussi le plus ancien calendrier du monde - Kohen poursuit avec les chiffres montrant un almanach 3647-3648 -. Ce sont les années qui se sont écoulées depuis que les Juifs ont traversé le Jourdain, ils sont entrés dans le pays de Canaan et renouvelé l'alliance ici à Sichem (Naplouse aujourd'hui), selon le commandement de Moïse, "Et lorsque l’Eternel ton Dieu, t’aura fait entrer dans le pays dont tu vas prendre possession, tu prenenceras la bénédiction sur la montagne de Garizim et la malédiction sur le montagne d’Ebal. "(Deut. 11,29)."
Et c'est ainsi, comme nous le lisons dans le livre de Josué, toutes les tribus disposées autour de l'arche de l'alliance, « moitié du coté du mont Garizim, moitié du coté du mont Ebal selon l’ordre qu’avait précédement donné Moise, serviteur de l’Eternel, de bénir le peuple d’Israel (cf. Jos 8:33).


Dans la région qui va prendre le nom de Samarie étaient les descendants d'Ephraïm et de Manassé, fils de Joseph, et une partie de la tribu de Lévi, tandis que les autres continuaient la conquête du territoire sous la direction des juges et puis la monarchie. Pour 270 ans, ils ont partagé la même histoire, suivie de deux siècles d'histoire parallèle, suite à la division (930 avant JC) entre le royaume du Sud, Juda, avec Jérusalem comme capitale, et le royaume du nord d'Israël, et puis avec sa capitale Samarie Sichem.

La politique de séparation est également devenue division religieuse, à partir de 722 avant J.-C., lorsque le royaume du nord a été détruit par les Assyriens et une partie de la population (27290 selon les annales) a été expulsé et remplacé par des colons de la Mésopotamie, principalement à partir de Cutha, qui se mêlait à 60.000 Juifs restés sur le site. Le mélange culturel et ethnique, avec son syncrétisme religieux, a provoqué le rejet par les Juifs du sud contre les Samaritains, appelait avec mépris «cutheani", càd des personnes de sang mêlé et semi-païennes.


En effet, les Samaritains ont continué à se considérer comme partie du peuple juif et en 538 avant J.-C., quand les Juifs exilés à Babylone et retournèrent à Jérusalem, les Samaritains ont offert leur aide pour reconstruire le temple et y prier ensemble, mais ont été brutalement rejetés parce qu'ils étaient considérés comme racialement impurs. Pour cette raison, dans le IVe siècle avant J.-C., les Samaritains ont construit leur propre temple sur le mont Garizim, le lieu où, selon leurs croyances, avait été un certain nombre d'événements importants dans l'histoire des patriarches et du peuple d'Israël.

Il y a eu ainsi le schisme entre les deux populations. Sont passe deux siècles, et le temple fut détruit, en 128 avant JC, le roi de Juda, Jean Hyrcan, dans la tentative de soumettre les Samaritains à la tradition de Jérusalem, amenai à un point culminant, l’incommunicabilité, l'hostilité et la haine entre Juifs et Samaritains. Et ce fut l'atmosphère  qu’on respirait à l'époque de Jésus).

Dans les siècles suivants, avec la succession dans la terre sainte de diverses dominations - romaine, byzantine, islamique, turque - les Samaritains ont connu des moments de paix en alternance avec des périodes d'oppression et de persécution, où ils ont été forcés de se convertir. Ainsi, leurs nombre a diminué régulièrement pour atteindre un plus bas record de 146 personnes, grâce à une terrible épidémie qui a éclaté à Naplouse, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, lorsque les Turcs ont quitté la Palestine.
IDENTITÉ
«Depuis plus de trois millénaires, nous vivons dans cet endroit le reste de l'ancien royaume d'Israël, et nous croyons que nous appelons le bien-Israël, les enfants d'Israël. Nous sommes les vrais Israélites », dit Husney Kohen dans la controverse avec une historiographie actuelle qui définit les Samaritains découpées d'une secte du judaïsme dans la 2e période du Temple (538 avant JC-70 après JC), et poursuit: « Contrairement à ce qui se passe pour la plupart des peuples, il n'est pas à Samarie de donner le nom de ses habitants, mais l'inverse: Le terme dérive des Samaritains hébreu "shamerim», qui signifie «gardien, observateur "de l'enseignement de Moïse ".

Pendant qu'il parle, Kohen s'approche d'un mur recouvert d'un tissu rouge avec lettrage brodé en or; enlève un voile rouge et ouvre un parchemin enveloppé dans un drap de soie verte, également couverts par l'écriture dense brodée d'or. Il continue désintéressée que d'autres primautés: «C'est le plus ancien livre du monde, le Pentateuque, les cinq livres de la Torah, notre seule loi, transmis par Moïse. Ce code a 150 ans, mais nous en avons un autre qui remonte à il ya six siècles, mais il n'est pas montré en public; déjà une fois ont essayé de le voler, quand il était dans la synagogue de Naplouse. De nombreux musées aimeraient l’acheter, le British Museum a offert une grosse somme juste pour le garder et l'exposer au public, mais nous ne pouvons pas nous priver de notre trésor le plus précieux ".


En plus du contenu, la préciosité du code réside dans sa rareté: il est écrit en hébreu ancien, avec un alphabet précédent à l'actuel en lettres carrées, adoptée par les Juifs après l'exil sous l'influence de l'écriture babylonienne. "L'ancien hébreu est la mère de toutes les langues du monde», poursuit Kohen, indiquant une reproduction des lettres de l'alphabet et en expliquant comment chacun d'entre eux correspond à un membre du corps humain.

Le Pentateuque Samaritain, dont la rédaction est attribuée par la tradition à Abisha, arrière petit-fils de Moïse, contient plus de 7000 textes par rapport au texte de Masoretic hébreu. Pour la plupart sont des orthographes différentes, mais certains contenaient également des lois «théologique», comme la question de la place de la présence de Dieu dans 22 versets du Deutéronome, la version samaritaine utilise le verbe au passé: «À la place que le Tout-Puissant a choisi " tout en préparant Masoretic utiliser le futur:« À la place que le Tout-Puissant choisira "(Deut. 16:11).
La différence est cruciale pour les Samaritains que le choix a été fait avant l'entrée dans la terre promise et le Garizim, l'un en amont de la terre d'Israël dans Deutéronome expressément consacrée comme un lieu de bénédiction (Deut. 11,29), l'endroit où Abraham et Jacob bâtit des autels. Pour les Juifs, cependant, le futur exprime seulement l'annonce de la sélection, qui aura lieu à l'époque de David et de Salomon (1000-930 avant JC) et tomber sur le Mont du Temple à Jérusalem.
Une autre différence concerne la préparation du Décalogue (Exode 20,1 à 14). Dans le texte samaritain est le premier commandement: "Tu n'auras pas d'autres dieux ..." (selon la version massorétique), le dixième pour construire un autel sur le mont Garizim, commandement absents dans le texte massorétique.

Le lieu de culte a toujours été une pomme de discorde, car Eli Snatch Garizim, pour l'arche de l'alliance et porté à Silo, jusqu'à l'époque de Jésus, comme il ressort de la declaration de la Samaritaine: «Nos pères ont adoré Dieu sur cette montagne, mais vous dites qu'à Jérusalem est le lieu où il faut adorer. " Il reste encore le principal discriminant entre la foi des Samaritains et les Juifs, comme nous l'apprenons de la bouche de la Kohen: «Inutile que certains Juifs tentent de reconstruire le troisième Temple à Jérusalem, quand Dieu a choisi Garizim."
CREDO  ET  FETES
"Les Samaritains sont guidées par quatre principes de foi - continue-: un seul Dieu, le Dieu d'Israël, un seul prophète, Moïse, fils d'Amran, un seul livre saint, le Pentateuque, la Torah transmise par Moïse, un seul lieu sacré, le mont Garizim. Nous croyons aussi à la venue de Taheb, "un prophète comme Moïse" (cf. Dt 18:15), un Messie (cf. Jn 4 :25) de la semence de Joseph et non de descendance davidique, qui viendra à la fin des temps, le jour de la vengeance et de la rétribution ".

Samaritains et Juifs ont en commun la célébration de sept féstivité, célles qui sont mentionnés dans le Pentateuque: la Pâque avec son sacrifice pour commémorer leur libération de l'esclavage en Egypte, la fête des pains sans levain pendant sept jours on mange du pain sans levain; la Fête des Semaines (Chavouot), ou la Pentecôte, le premier jour du septième mois (Tishri), pour marquer l'entrée dans le pays de Canaan, le Jour de l’éspiation (Yom Kippour), la fête des Tabernacles (Sukkot), à mémoire des logements pendant l'exode, et se termine avec la fête de la joie de la Torah.

"Suite à la persécution islamique des siècles passés - continue Kohen tout en montrant une grande maquette de fruits multicolores - les Samaritains construiront le Souccot dans la maison et pas à l'extérieur comme les Juifs. Nous achetons 300-400 kilogrammes de fruits de la Terre Sainte, la lions dans un treillis d'acier formant des dessins de phantasie imaginaire et suspendu au plafond de la salle principale, le huitième jour, sont réduite en jus de fruits à la grande joie des enfants, et non seulement, pour célébrer la douceur de la Torah ".

Autres fonctions du «Bon Samaritain» sont: vivre dans la terre d'Israël ou au moins en garder la résidence, célébrer la Pâque sur le mont Garizim, faire le pèlerinage à la montagne sacrée trois fois par an (le dernier jour de Azimi, Pentecôte, le premier jour de Souccot); respecter scrupuleusement les lois de la pureté des aliments et du sabat. «En ce jour - continue Kohen - non seulement nous ne faison aucun ouvrage, mais nous n'utilisons pas d'électricité, ni repondons ou au téléphone, nous ne sortons pas de la maison, sauf pour aller prier à la synagogue ; et quand nous rentrons, nous lisons un chapitre de la Torah."
Problèmes et plaintes

"Nous sommes la population la plus jeune au monde - continue Kohen c’est une autre primauté - mais nous avons un grave problème: Depuis plus de deux siècles, nous souffrons d'une pénurie d'épouses, de sorte que nos hommes cherchent des femmes d'autres religions. Actuellement une Juive, 5 Chrétiennes qui viennent de Russie et de l'Ukraine, 3 musulmans de Turquie et l'Azerbaïdjan sont mariées à des hommes Samaritains de Kiryat Luza. Tout d'abord, cependant, ont été soumis à une période d'essai, ont été convertis à notre religion et se sont engagée à l’observer. "

Je suis curieux de savoir comment de tels mariages sont combinés. «Nous utilisons nous aussi internet et facebook -nous dit avec un sourire -. Nous sommes très religieux, mais ouvert sur le monde moderne. Mes enfants, deux garçons et trois filles, ont étudié à l'université: une journalisme, une autre économie et commerce, la troisième informatique, un fils joue au basket-ball ".
Contre la survie des Samaritains conspirent aussi d'autres problèmes sanitaries et économiques. «Nos gens ont souvent des maux de tête», se plaint Husney Kohen. La cause est attribuée à un rayonnement électromagnétique émanant de 7 tours de communication, construite et exploitée par le gouvernement israélien tout au tour du village ".

Depuis plus de trois ans, les Samaritains subissent l'embargo à leur renommée tahinia (crème de sésame). "Le meilleur au monde», dit-Kohen. Israël empêche l'exportation pour des raisons de sécurité, disent-ils, mais dans la pratique, une dixaine de familles sont privée de travailler. "
Mais le problème le plus grave pour l'avenir des Samaritains est la situation de la guerre israélo-palestinien. Les musulmans les considèrent Juifs, tandis que les Juifs les considèrent des Arabes, ce qui explique pourquoi souvent les Samaritains se sentent comme "entre le marteau et l'enclume», et dans le passé ont souffert des vexations des deux côtés.

"En tant que résidents de Kiryat Luza nous avons citoyenneté palestinienne - a dit Cohen -, dans la vie quotidienne nous parlons l'arabe, mais les samedis et les jours de fete, nous utilisons l'hébreu ancien et l’enseignons à nos enfants à l'école. En tant que croyants dans la Torah, nous avons reçu la citoyenneté israélienne, comme ceux de la communauté de Holon en territoire Israëlien. Nous ne sommes pas alignés de aucune des deux côté. En effet, beaucoup d'entre nous ont la carte d'identité palestinienne, le passeport israélien et aussi jordanien, étant donné que jusqu'en 1967, nous étions sous le roi de Jordanie ".

Con tale neutralità i Samaritani si propongono come intermediari tra Israele e Palestina; l’irrilevanza numerica favorisce la credibilità della loro mediazione, dal momento che non rivendicano alcun privilegio territoriale, ma solo la libertà di vivere secondo le proprie tradizioni.

«Israeliani e palestinesi devono imparare dai Samaritani - conclude Kohen -. Anche noi vogliamo essere motivo di pace tra i due popoli. Senza pace sono a rischio Samaritani, Palestinesi e Israeliani. La guerra non serve a nessuno. Ma non può esserci pace senza riconoscere ai Palestinesi il diritto alla propria patria. Per questo noi lavoriamo e preghiamo. E anche ora prego Dio perché ci conceda la pace».
Avec cette neutralité les Samaritains eux-mêmes se proposent en tant qu'intermédiaires entre Israël et la Palestine, la non-importance numérique favorise la crédibilité de leur médiation, du fait qui ne revendique aucun privilège territorial, mais seulement la liberté de vivre selon leurs traditions. "Les Israéliens et les Palestiniens doivent apprendre des Samaritains - conclut Kohen -. Nous aussi voulons être une source de paix entre les deux peuples. Sans la paix sont à risque Samaritains, Palestiniens et les Israéliens. La guerre ne sert et n'aide personne. Mais il ne peut pas y avoir de paix sans reconnaitre aux Palestiniens le droit à leur propre patrie. C'est pourquoi nous travaillons et prions. Et même maintenant, je prie Dieu de nous accorder la paix ".

Que Dieu l’écoute

Partager cet article

Repost 0
Salvatore Comisi - dans Religion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Salvatore Comisi
  • Le blog de Salvatore Comisi
  • : Poésies, études de la Bible et articles sur tout ce qui concerne à la chrétienté du premier siècle à nos jours
  • Contact

Recherche

Liens