Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 13:02
Le baptême chrétien, condition ou conséquence du salut ?

 

Par Samuel Peterschmitt

Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu ; il a été mis à mort quant à la chair, et rendu vivant quant à l’Esprit, dans lequel aussi il est allé prêcher aux esprits en prison, qui autrefois avaient été incrédules, lorsque la patience de Dieu se prolongeait, aux jours de Noé, pendant la construction de l’arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, c’est-à-dire huit, furent sauvées à travers l’eau. Cette eau était une figure du baptême, qui n’est pas la purification des souillures du corps, mais l’engagement d’une bonne conscience envers Dieu, et qui maintenant vous sauve, vous aussi, par la résurrection de Jésus-Christ. (1 Pierre 3: 18-21).

Le baptême comprend le baptême d’eau (par immersion dans l’eau) et le baptême du Saint-Esprit (par immersion dans le Saint-Esprit) (Jean 3: 5 ci-dessous). Mais puisque les deux baptêmes, celui dans l’eau comme celui dans l’Esprit, dépendent de notre foi, il est normal que nous soyons baptisés dans le Saint-Esprit avant d’être baptisés dans l’eau, car, aussitôt que nous Le croyons, le Seigneur Jésus nous remplit de l’Esprit, plus ou moins selon la place que nous lui donnons.

Le baptême doit être demandé par le croyant

Jésus fait prendre conscience à Nicodème pour qu’il le réclame, de l’utilité de naître à nouveau pour une vie nouvelle, de naître d’eau et d’Esprit. Un bébé n’a ni la connaissance ni la conscience ; il ne peut donc pas avoir un quelconque benèfice du baptême. Jésus répondit : En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît d’eau et d’Esprit, il ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne t’étonne pas que je t’aie dit : Il faut que vous naissiez de nouveau. (Jean 3: 5-7).

Quand tu prends connaissance de la Bonne nouvelle selon laquelle Dieu t’offre le pardon de tes péchés et la vie éternelle en contrepartie de la foi que tu exerces en son Fils Jésus, quand tu prends conscience de l’état misérable dans lequel tu es, si tu souhaites ardemment profiter de cette opportunité qui t’est offerte par Jésus-Christ, tu désires vivement devenir son disciple. Quand tu te repens vraiment de ton passé, pas qu’à moitié, quand tu décides enfin de suivre Jésus-Christ, pas ou pas seulement ta religion, quand tu prends conscience de la nécessité de te faire baptiser, tu confesses tes péchés au Seigneur, et lui demandes son pardon, alors Jésus te l’accorde ; tu demandes à être baptisé d’eau et d’Esprit pour montrer ton engagement à faire la volonté de Dieu exprimée par Jésus-Christ ; c’est le témoignage de ta conversion, de la mort de ton ancienne nature, de ta chair crucifiée avec Jésus, et de ta résurrection avec Jésus pour une vie nouvelle, en nouveauté de vie, pour une vie avec et par l’Esprit de Dieu.

Autrement, le baptême est sans valeur. Le baptême des bébés correspond tout juste à leur présentation au Seigneur. Mais l’inconvénient est qu’il est ensuite un obstacle pour le vrai baptême parce que ceux qui deviennent adeptes de Jésus-Christ croient être déjà baptisés. Les habitants de Jérusalem, de toute la Judée et de tout le pays des environs du Jourdain, se rendaient auprès de lui (auprès de Jean Baptiste) ; et, confessant leurs péchés, ils se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain. (Matthieu 3: 5-6).

Jésus dit à ses disciples, qui deviennent ses apôtres) : Allez par tout le monde, et prêchez la Bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné (même s’il est baptisé). (Marc 16: 15-16). Le disciple qui est baptisé du Saint-Esprit avant d’être baptisé d’eau, doit se faire baptiser d’eau. Celui qui ne croit pas n’a pas à être baptisé ; s’il l’est, ça ne lui sert que d’obstacle pour le vrai baptême. Ce qui est logique et certain, c’est qu’on ne peut pas croire sans avoir la connaissance.

Il faut se repentir et se convertir.

Il faut donc se repentir, se convertir en choisissant Jésus-Christ pour maître, se soumettre à sa volonté, demander à se faire baptiser et garder une bonne conscience envers Dieu. Un bébé le peut-il ? Peut-il demander à se faire baptiser ? A-t-il la connaissance pour se faire une opinion, croire et choisir ? Un baptême dans de mauvaises conditions n’est pas un baptême. C’est une façon de détourner la parole de Dieu, et d’éloigner du salut. C’est ce que font les religions qui prêchent un autre Jésus que Celui de la Bible. Certes, les responsables humains qui font ça pensent que ce n’est que pour simplifier les choses, mais l’esprit qui les conduit en connaît bien l’aboutissement : la perdition.

Le baptême des jeunes, avant qu’ils aient la connaissance et qu’ils soient raisonnables, est tout au plus une présentation au Seigneur. Le salut est accordé aux jeunes par l’amour de Dieu dès avant la naissance, suite aux prières. Il n’est valable que jusqu’au moment où le jeune devient raisonnable, avec assez d’intelligence pour lui permettre de connaître et comprendre la parole de Dieu. Si alors il n’a pas reçu la connaissance de la vérité pour qu’il puisse croire, s’il ne se fait pas baptiser d’eau et d’Esprit, s’il ne naît pas de nouveau, il n’est pas sauvé.

Jésus s’est fait baptiser à l’âge de trente ans ; cet âge ne peut pas être pris pour modèle, car c’est lui qui a engagé le processus.
Le problème est que quelqu’un qui a été baptisé bébé ou enfant a du mal à réaliser le besoin de se faire baptiser à nouveau. C’est ce qui se passe avec les religions dites chrétiennes qui baptisent les enfants. Ainsi, il n’y a pratiquement que les enfants qui sont sauvés, parce que la parole de Dieu est troquée contre des sacrements non bibliques.

Le baptême d’eau est témoignage d’engagement. Le baptême d’eau, c’est le baptême de la repentance et le témoignage de la conversion, l’engagement à vivre conformément à la volonté de Jésus. C’est le symbole de la mort du pécheur et de sa résurrection pour une vie nouvelle. Le baptême se réalise par l’immersion complète du nouveau disciple dans l’eau, d’où il est aussitôt ressorti. Il doit symboliquement mourir, et renaître pour une vie nouvelle en Christ.
Ton baptême…  C’est, premièrement, ton témoignage, celui…

a) de ta repentance d’être pécheur,

b) de ta cessation d’être rebelle à Jésus-Christ,

c) de ta conversion (ou de ta soumission).

C’est, deuxièmement, ton engagement…

d) à suivre Jésus-Christ que tu choisis pour maître,

e) à avoir et garder une bonne conscience envers Dieu, qui prescrit de faire sa volonté,

f) et par conséquent, à te nourrir chaque jour de la parole de Dieu.

Romana 6: 3-11 “Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés ? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil hom­me a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit réduit à l’impuissance, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché ; car celui qui est mort est libre du péché (il est indépendant du péché, il n’y est plus soumis). Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus ; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car il est mort, et c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes ; il est revenu à la vie, et c’est pour Dieu qu’il vit. Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché (ne vous soumettez plus au péché, maîtrisez-le), et comme vivants pour Dieu en Jésus-Christ”. (Romana 6: 3-11).

Jean parut, baptisant dans le désert, et prêchant le baptême de repentance, pour le pardon des péchés. Tout le pays de Judée et tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui ; et, confessant leurs péchés, ils se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain. (Marc 1: 4-5). Les pharisiens et les docteurs de la loi, en ne se faisant pas baptiser par lui, ont rendu nul à leur égard le dessein de Dieu. (Luc 7: 30). Jésus dit à ses disciples, en faisant d’eux les onze apôtres : Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. (Matthieu 28: 19-20).

Pierre dit aux Juifs, à la foule : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. (Actes 2: 38).
Comme ils continuaient leur chemin, ils rencontrèrent de l’eau. Et l’eunuque dit : Voici de l’eau ; qu’est-ce qui empêche que je sois baptisé ? Philippe dit : Si tu crois de tout ton cœur, cela est possible. L’eunuque répondit : Je crois que Jésus-Christ est le Fils de Dieu. (Actes 8: 36-37).

Samuel Peterschmitt

Partager cet article

Repost 0
Salvatore Comisi - dans Religion
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Salvatore Comisi
  • Le blog de Salvatore Comisi
  • : Poésies, études de la Bible et articles sur tout ce qui concerne à la chrétienté du premier siècle à nos jours
  • Contact

Recherche

Liens