Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 09:50

LES SEPT JOURS DE LA GENESE

2154667961_1[1]
De: http://www.fmboschetto.it/religione/libri_storici/introd.htm
Une vision de l'histoire en 12 articles en lisant Genèse 1-11

Avant-propos sur le texte par Salvatore Comisi.


Sans aller très loin dans le temps, qui compte en millions d'années les origines de l'homme sur la terre, 4 millions pour Lucy, un individu de sexe féminin; les Néandertaliens vivaient il y a 80000 à 35000 ans, il semble qu’il furent les premiers à pratiquer l'enterrement des morts, indication claire qu’ils avais des sentiments et des idées religieuse; à l'homme de Cro-magnon de il y a 35.000 ans, jusque au premiers exemples de vie socialement organisée; peintures et graphites dans les grottes, objets sculptés avec l'évidente intention de valeurs rituels et spirituels pour le culte d'un dieu fermement persuadé qu'il existait.


Dans tous ces millions d'années, on ne peut pas penser que Dieu le Créateur puisse être resté silencieux depuis la chute en Eden, jusqu'à il y a quelques milliers d'années quand IL appelle Abraham à sortir de la ville d'Ur, révélant à lui et à ses descentes, et donc à nous, Sa Parole, par la Bible. Mais, je suis convaincu que Dieu a toujours parlé à sa créature, l'homme, en différentes manières que nous ne connaissons pas, pour lui apprendre à bien vivre et à comment l'honorer et le servir en tant que Dieu Créateur.


Dieu a parlé de diverses manières qui ne sont pas parvenus jusqu'à nous clairement compréhensible, malheureusement l'homme n'a pas écouté avec une oreille attentive ses enseignements considérant ce Dieu trop loin avec qui il ne peut pas communiquer directement comme il voudrais, presque d'égal à égal, ce qui explique pourquoi il a préféré au Dieu spirituel des dieux qu'il se construit de ses propres mains à son image et à sa ressemblance, ou élever au rang de dieu des animaux ou les éléments naturel terrestre (les montagnes et les forets) ou céleste comme le soleil et la lune.


C'est pourquoi des nouvelles sur Dieu sont venus jusqu'à nous depuis les profondeurs des lointaines âges de la préhistoire et de l'histoire au moyen de mythes et de légendes transmises de père en fils, de génération en génération, où les enseignements de Dieu Créateur sont véhiculées, transportés par des moyens qui aujourd'hui nous dirions «païen» souvent dans un but étiologique (explication aux nombreuses questions que l'homme se fait de tout temps sur ce qu'il voit, mais qui ne peut pas expliquer, surtout au sujet de Dieu).


C'est pourquoi la Bible, la Parole de Dieu, doit toujours être lue en tenant compte du contexte social, culturel et religieux dans lequel a été composée: Inspirée oui, par Dieu lui-même, mais pas dicté mot à mot, et toujours écrite par des hommes qui vécurent plongés dans un conteste, dans un environnement, qui est impossible de ne pas considérer sans risquer de tomber en des erreurs effrayants.

Et maintenant, nous lisons attentivement les réflexions du professeur Boschetto sur les 7 jours de la création que nous trouvons dans le livre de la Genèse.


DU RIEN ? (Du NEANT ? Sorti de nulle part ?)


Introduction

"Les catholiques ont un grand respect pour la Bible, et le démontrent en y restant le plus loin possible." La plaisanterie ironique de Paul Claudel est pour nous un véritable coup de fouet à sang-froid, mais c'est une vérité à 24 carats. Si c'est pire comme cela, ou se référer constamment à la Bible pour la citer parfois de façon inappropriée, pourrait être un sujet de discussion intéressant; mais ce n'est pas le but de ce hypertexte. Ici, nous allons tenter de répondre à une question que seulement en apparence semble plutôt simple: quel fondement historiques et scientifiques ont les récits bibliques, et en particulier ceux de la Genèse, peut-être les plus célèbre parmi les nombreux racontée dans le livre des livres ?


Comme vous le savez, la Genèse est le premier des 73 livres de la Bible catholique, (66 reconnus canoniques par les évangéliques et les 7 autres sont deutérocanoniques, c'est à dire, déclares canoniques et ajoutes dans la Bible par les catholiques plus tard); l’originale de la Genèse a été rédigé en hébreu, et y est raconté (dans une forme plus ou moins succinct) tous les événements de la création du monde jusqu'à l'époque où les Juifs, dirigé par Jacob et Joseph, descendent en Égypte pour y séjourner, et par la suite y rester esclaves.


Apparemment, donc, elle se présente comme un livre historique, car il semble raconter une succession chronologique d’événements, répartis sur plusieurs millénaires. Les rabbins des premiers siècles après Jésus-Christ, sur la base de leurs calculs sur la Bible, ont fixé la création du monde en l'an 3760 avant JC, alors que l'on suppose que la descente en Égypte remonte à 1600 avant JC.

Apparemment, il y a 21 siècles d'histoire entre la première et la dernière page de la Bible: Dans la Genèse, on passe par épisodes faste et aussi à épisodes défavorables, à travers les catastrophes et les bénédictions, par théophanies éblouissantes et terribles punitions infligées par la divinité aux hommes (pour ne citer que deux, l'inondation et la destruction de Sodome).

 

Traditionnellement, la Genèse est divisé de la façon suivante:

Chapitres 1-5, l'histoire d'Adam;
chapitres 6-11, l'histoire de Noé;
chapitres 12-26, l'histoire d'Abraham et Isaac;
chapitres 27-36, l'histoire de Jacob;
chapitres 37-50, l'histoire de Joseph.


Nous avons ainsi cinq événements successifs, semblables à des sections d'un livre d'histoire, et cela reflète la tentation de les mettre dans l'ordre chronologique, comme si elles étaient des épisodes de une aventure articulés dans le passé lointain de l'humanité. Nous entendons ici limiter notre analyse aux seuls 11 premiers chapitres de la Genèse; nous allons voir ensemble, que pas un seul verset des 1498 qui divise ce livre ne peut être considéré comme véritablement «historique» dans le sens que nous attribuons aujourd'hui à ce mot.


Pour ma part, je vais employer toute ma bonne volonté pour ne pas vous ennuyer ou vous importuner avec des raisonnement tordu, digressions inutiles ou mots obscurs ou trop technique, mais surtout (ce qui serait pire) de vous créer des nouveaux doutes, pendant que je tente de vous en enlever des autres. Donc je vous prie de m'excuser à l'avance, si vous aviez à digérer très peu mes analyses.

Je vous prie seulement, s'il vous plaît, de ne pas en être scandalisés: de mon point de vue, n’as pas de sens rester accroché sur les positions idéologiques valides seulement il y a plusieurs siècles, quand la science et l'exégèse contemporaine les ont complètement surmontées. Rappelez-vous que, plutôt que de vous décevoir, j'espère vous confirmer dans la foi !


Au commencement.


Je recommande de commencer littéralement depuis le .………. commencement: « Au commencement, Dieu créa le ciel et le terre » Ci-dessus, nous avons recueilli dans Genèse 1-5 «l'histoire d'Adam", mais la Bible commence par la création, et donc longtemps avant que Adam est apparu sur la terre; tant et si bien que le premier mot du texte original de la Genèse, avec lequel encore aujourd’hui le titrent les Israélites, est "Bereshit", c. à d. "Au commencement". Entre autres choses, c'est le même mot avec lequel commence l'Évangile de Jean: «Au commencement était la Parole." En fait, Jean a voulu donner à la venue de Jésus le sens d'une nouvelle création, et donc commence logiquement TOUT DEPUIS LE COMMENCEMENT.


Mais que ce que signifie exactement «Au commencement»? "c. à d. quand il n’y avait encore RIEN " Alors vous me ferait comme en écho : "C'est, quand il y avait seulement LE RIEN " Soudain, Dieu crée LE TOUT. À cela, tout de suite ressort une célèbre question: Que faisait Dieu avant de créer le monde? Nous ne répondrons pas comme cet homme, qui a dit: « IL créait l'enfer pour ceux qui se posent certaines questions" Nous préférons répondre comme saint Augustin: «Avant la création du monde, Dieu n'a absolument rien fait, parce que ... il n’y avait pas un avant, comme il n’y avait pas un après, et pas même un TEMPS. Comme tout le monde sais, la création a apporté aussi à la naissance de l'espace et du temps (Einstein dirait de l’ "espace-temps"), qui n’existait pas avant!


Si nous allons en profondeur dans le texte biblique, cependant, nous constatons que celle décrite dans Genèse 1 n'est pas une véritable «création à partir de rien"; il s'agit plutôt d'une sorte de mise en ordre. En fait, il commence en disant: «Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre », cependant, tout de suite après le texte poursuit: « mais la terre était TOHU WABOHU ", c. à d. SANS FORME ET VIDE; ou, au moins, comme cela entendent les traductions modernes.

Malheureusement, nous ne savons pas exactement ce qu'il voulait dire l'auteur par ces mots; cependant, ils communiquent un sentiment de CHAOS, de DESORDRE. « La terre était informe et vide; il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’Esprit de Dieu se mouvait au dessus des eaux. » Genèse 1:2 Donc, il y avait déjà quelque chose; Cependant, il était en désordre.


Dieu triomphe du chaos


Donc, la création on la configure non pas tant comme un sortir de rien ce qui n'existait pas auparavant, et qui vient tout à coup à l'existence. La création devient une victoire contre le chaos primordial. Et cela nous amène maintenant à une comparaison avec les traditions de tous les autres peuples tout au tour de la terre de Canaan, en particulier celles de la Mésopotamie, parce que cette histoire a été écrite dans le sixième siècle avant J. C., quand les Juifs furent d’abord exilés à Babylone et puis faisant partie de l'immense empire perse, héritier de la grande tradition mésopotamienne.

Juste la, dans la tradition mésopotamienne - Qui est très ancienne : pensez qu’elle a ses profondes racines à plus de cinquante siècles - existait beaucoup d'histoires dédiées à la «création», et tous apparaissent comme des victoires sur CHAOS. Particulièrement intéressant est celle décrite dans le poème babylonien appelé "Enuma Elish", c'est à dire "QUAND EN HAUT", qui sont les premiers mots de son texte:


"QUAND EN HAUT n‘avait pas de nom le ciel, quand en bas n‘avait pas de nom la terre..." Dans ce raconte y est dit comme un héros de sang divin, Mardouk, qui est le dieu fondateur de la ville di Babylone (comme Romulus - Quirino il est de Rome), victorieux sur Tiamat, le dragon du chaos, le sépare en deux comme une huître. Avec une demi crée le ciel et les étoiles, et l'autre moitié crée la terre, et les êtres vivants en elle.

Ne me dites pas que toute cette opération, ne ressemble pas beaucoup à la séparation des eaux inférieurs des eaux supérieurs (au-dessus et au-dessous) de la deuxième journée de la création! Et le parallèle ne s'arrête pas là: même d'autres histoires de ce genre, comme la Genèse de Eridu, l'Épopée de Gilgamesh ou le poème assyrien Atrahasîs tendent à montrer la création comme la victoire de Dieu sur les forces du mal, centrifuges, qui ont tendance à reporter l'univers au plat rien (nulle) qui était un temps, et qu’il avait toujours été.


Il est donc évident que le récit de la création dans la Genèse reflète l'influence des récits parallèles transmis par les gens environnant, beaucoup plus ancien de Israël. Il est donc naturel de croire, mais alors ... la Bible a "copié"? Dans la pratique, il est ainsi: même nous, aujourd'hui, en fait, « nous copions » de nos prédécesseurs.

Même Dante a "copié" de nombreuses idées de Virgile (pense Pier delle Vigne enchâssé dans l'arbre, qui nous rappelle Polidoro dans le chant III de l’Énéide. Un philosophe du Moyen Age avait l’habitude de dire que nous sommes des «nains debout sur les épaules de géants»; c. à d. nous ne sommes pas plus grand de ceux qui nous ont précédés, mais nous voyons BIEN PLUS LOIN que eux, parce que nous sommes appuyés sur leurs épaules, que nous exploitons toute leur hauteur, c'est à dire leur expérience.


Israël il s’est simplement greffé sur une tradition féconde qui existait déjà. Les anciens Hébreux avait la nécessité de répondre à quelques questions: pourquoi le cosmos existe? Pourquoi il n'y a pas le rien, ou le chaos? Pourquoi l'univers est si ordonnée? Et c'est pour répondre à ces questions, de manière analogue à ce qui faisait tous les autres peuples anciens, qui naît le récit de la Genèse 1, structurés en sept jours (en grec, "L’EPTAMERONE"). Jour après jour, Dieu fait disparaître une partie du chaos et le remplace par un morceau de COSMOS, c.-à-d. ORDRE .

 

LE EPTAMERONE


Le premier jour, Dieu détruit l'obscurité, ce qui est peut-être le plus grand symbole du chaos: qui d'entre nous Quand il était un enfant, il n'avait pas peur de l'obscurité, car il craignait qui sait quoi puisse être caché dans l'épaisse obscurité? Dieu la remplace alors immédiatement avec la lumière. Le deuxième jour, Dieu met un terme à l'invasion des eaux, en les séparant en «supérieur» et «inférieur», et faisant apparaître un vide au milieu, où réaliser la création. Le troisième jour, par contre, Dieu met un terme à l'océan primordial infini (celui qui puis le déluge reportera à la vie temporairement lors de l'inondation), faisant sortir la TERRE sur laquelle puis va se greffer la vie, presque comme une base sur laquelle va se reposer la merveilleuse sculpture du monde.


N'oubliez pas que Tiamat, la déesse du chaos vaincu par Marduk dans le mythe Babylonien, représentait justement la grande étendue d'eau salée! À cet égard, ainsi chante le Psaume 74:13 e suivants:. «13 Tu as fendu la mer par ta puissance, Tu as brisé les têtes des monstres sur les eaux; 14 Tu as écrasé la tête du crocodile, Tu l'as donné pour nourriture au peuple du désert. ». 

Qu'est-ce que le Psalmiste fait allusion à ces images tel un dessin animé de Disney? Il semble clair: au combat de Mardouk, le dieu suprême de Babylone, contre le dragon Tiamat, symbole du chaos, dont il est dit dans le poème babylonien "Enuma Elish" Comme vous pouvez le voir, un texte inspiré de l'Ancien Testament fait allusion, même avec complaisance, à un très ancien mythe d'une nation païenne !


Cela aide aussi à comprendre mieux la Bible ... Par ailleurs, la langue parlée à Babylone était l'araméen, une langue sémitique proche de l'hébreu. Il faut savoir que, les rois babyloniens étaient traditionnellement oints du saint gras de Mus-Hus, le dragon mythique, montrées ici, au pied du dieu Mardouk.

Marduk 

 Mardouk 

Mais le terme sémitique Mus-Hus est lié au mot hébraïque Mashiah, qui signifie «oindre», d'où le terme «Messie», qui désignait le «Oint» par le Seigneur, que désigne les rois de la dynastie de David premièrement et Jésus-Christ par la suite: (Kristos en grec signifie "oint"!).

Mais revenons à nous. Le quatrième jour apparaît LA VIE, représenté par les PLANTES, et ainsi Dieu vainc le mort chaos de la non -vie. Le cinquième jour, apparaît la succession du TEMPS, des jours, des mois, des saisons, marquées par le mouvement des ASTRES. Le sixième jour, puis, le monde commence à s'animer avec la vie animale foisonnante; et, bien sûr, au sommet de la pyramide biologique va apparaître l’HOMME que, avec son intelligence, est destinée va dominer le reste de la création.


C’est un cas à part, cependant, le septième jour, qui correspond alors à SHABBAT, le sabbat hébraïque, parce que ce jour est consacré au repos. Dieu se repose le septième jour, et donc, aussi tous les hommes pieux doivent se reposer le septième jour de la semaine. Ceci est un exemple typique de "HISTOIRE DE EZIOLOGIE", du grec "aitia," c. à d. "causes"; il tente d'expliquer les CAUSES des choses ainsi comme ils le sont aujourd'hui.

Par exemple, pourquoi existe, dans le détroit qui sépare la Grande-Bretagne de l'Irlande, une grande coulée de lave qui ressemble tellement à une chaussée gigantesque? C'est simple: parce que dans le passé deux géants, l'un sur une île et un sur l'autre, ils ont commencé à construire cette chaussée pour se rencontrer à mi-chemin et rivaliser l’un avec l'autre, et ainsi est né ce qu'on a appelé la "chaussée des géants" !


Quand l’homme ne peut pas expliquer quelque chose, il construit parfois un «conte étiologique." Ainsi, l'origine du sabbat dans la Genèse 2:3 est reportée en arrière jusqu'au moment de la création! De cette façon, en fait, elle est représenté comme l'une des institutions les plus sacrées, puisque imputable directement au Tout-Puissant.
Il sera bon que vous gardiez cette habitude de reporter les choses importantes à l’origines des temps, car c’est une caractéristique de l'ensemble de la Genèse.


L'erreur des concordistes

 

À ce stade, vous me demanderait: "mais ces histoires sont crédibles Ils se sont passés ainsi les choses?" Bien sûr, la réponse est NON. La science a maintenant accepté presque avec certitude que l'univers est né d'une explosion colossale appelé le "Big Bang", qui a projeté la matière dans l'univers, créant, en même temps l'espace et le temps (qui, comme je l'ai déjà dit, il n’y avait pas avant le grand BANG ). Puis cette matière, par la réagrégation, a donné naissance aux galaxies, les étoiles, les planètes, les êtres vivants et, bien sûr, l'homme.
Ce discours est incompatible avec le récit de la Genèse. Dans le passé récent a été fait en essayant de faire valoir que pendant les sept jours que j'ai mentionnés («et il y eut soir et il y eut un matin: premier jour ... le deuxième jour ...") ne sont pas jours de 24 heures, dans le sens où nous le comprenons,
mais de plus longues périodes de temps, et donc pourrait bien coïncider avec les âges dits géologiques.


Par exemple, le premier jour de la création coïncide avec la période qui suit immédiatement la grande explosion, dans laquelle il y a la première émission de lumière et la première combinaison de protons et d'électrons en atomes. La séparation des eaux au-dessus et en dessous représentent en réalité l'organisation de la matière sous forme de galaxies, des étoiles et des planètes; le troisième jour serait l'émergence des continents et la masse océanique selon la dérive des continents de Wegener; puis, il y aurait dans le quatrième jour la successive évolution de la vie, à partir des procaryotes, jusqu’aux espèces supérieures; le cinquième jour devrait être anticipé entre le deuxième et le troisième, avec la naissance du système solaire; et ainsi de suite.


Maintenant, cet argument est fondamentalement erronée. Procéder ainsi, c'est faire du «CONCORDISME», c'est à dire essayer de faire dire au texte biblique ce que l'auteur n'a pas eu l'intention de dire, et qui en effet il NE PEUT absolument pas dire, parce que dans le sixième siècle avant JC, quand a été mis par écrit la semaine de la création il ne savait rien des ères géologiques! Nous ne pouvons pas prétendre que Dieu a inspiré à l'auteur l'existence des ères géologiques, qui ont été introduits dans le discours scientifique que millénaires plus tard, il serait puéril de le soutenir, parce que de toute façon personne aurait compris, ce que l'auteur a voulu dire.

 

Le concordisme est erroné parce qu'il veut transformer la Bible de livre de la foi en livre de science. Au lieu de cela, selon l'expression spirituelle de Galileo Galilei, la Bible ne nous dit pas «comment Vadia le ciel (comment va le ciel)», mais "come si vadia in cielo"! mais «comment aller au ciel! ».

1° de 12 articles: théologie de Genèse 1-11: à partir de rien?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Salvatore Comisi
  • Le blog de Salvatore Comisi
  • : Poésies, études de la Bible et articles sur tout ce qui concerne à la chrétienté du premier siècle à nos jours
  • Contact

Recherche

Liens